Accueil / Tic & Telecoms / L’Afrique, terre de conquête pour Facebook

L’Afrique, terre de conquête pour Facebook

L’Afrique, terre de conquête pour Facebook

Facebook a annoncé un accord avec l’opérateur satellitaire européen Eutelsat pour proposer de l’Internet à haut débit en Afrique. Orange et Vivendi sont aussi très actifs.

Quel rapport entre Facebook et la crise des migrants ? Souvent, c’est en se connectant à ce réseau social que les Africains connectés ont des nouvelles de leurs proches et se font une idée, plus ou moins réaliste, de l’immigration. On dit que c’est aussi par Facebook que nombre de migrants suivent l’ouverture des frontières des pays européens.

Imaginons maintenant un tout autre Facebook en Afrique, non pas au centre des phénomènes migratoires, mais au service du développement par le numérique. C’est l’idée développée par Internet.org, le programme de Facebook, qui vise à apporter de l’internet haut débit, dès 2016, dans de larges zones d’Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Sud.

Grâce à un accord avec l’opérateur de satellites Eutelsat, le réseau social veut fournir des services Internet à bas prix pour que « davantage d’usagers puissent surfer et bénéficier de l’économie de la connaissance », comme dit Michel Rosen, le patron d’Eutelsat. Ciblant plus spécifiquement par le satellite des zones rurales reculées, cette offre d’Internet à haut débit permettra à de très petites entreprises ou à des artisans d’avoir accès à tout le savoir numérique dès le deuxième semestre 2016. On devine quel bouleversement il peut en résulter en termes de compétitivité ou de formation, alors que les Mooc, ces cours ouverts et massifs, son justement accessibles depuis un ordinateur ou un mobile.

Alors bien sûr, il faut voir le type de services que proposera Internet.org. Facebook ne va-t-il pas favoriser ses propres produits ou ceux de ses partenaires ? Cette question de neutralité du Net est cruciale, sachant qu’elle détermine l’accès à un Internet ouvert ou excluant dans 14 pays d’Afrique subsaharienne.

Mais l’initiative de Facebook témoigne aussi de ce nouvel âge ou l’Afrique devient une priorité des grands opérateurs en quête de développement. Orange en a aussi témoigné cette semaine en prenant une participation dans Afrostream, la plateforme de vidéo à la demande dédiée à la culture afro que certains surnomment le Netflix africain. Présent dans la distribution et le paiement mobile sur le continent, le groupe Orange rivalise ainsi avec Vivendi, dont le groupe Canal+ accélère aussi son développement africain sous la tutelle de Bolloré. Dix Canal Olympia, à la fois salle de spectacles et studio d’enregistrement pour de la production locale, ont été annoncé en Afrique. « On veut être le meilleur ami dans la capacité de vous suggérer ce que vous allez adorer sans aujourd’hui le savoir », dit le nouveau dirigeant de Canal+, Jean-Christophe Thiery.

Amaury de Rochegonde
rfi.fr

Aller en haut