Accueil / Tic & Telecoms / L’Agence ivoirienne de gestion des fréquences a besoin de 50 milliards Fcfa pour remplir ses missions

L’Agence ivoirienne de gestion des fréquences a besoin de 50 milliards Fcfa pour remplir ses missions

L’Agence ivoirienne de gestion des fréquences a besoin de 50 milliards Fcfa pour remplir ses missions

L’Agence ivoirienne de gestion des fréquences a besoin de 50 milliards Fcfa pour remplir ses missions

Selon le journal ivoirien Fraternité Matin, l’Agence ivoirienne de gestion des fréquences (AIGF) rencontre de grosses difficultés financières qui l’empêchent d’assurer ses missions de contrôle des fréquences radioélectriques. Dans une note du directeur général de l’AIGF, Siaka Koné (photo), dont le journal dit avoir eu copie le 1er mars 2016, il est écrit que l’AIGF a besoin de 50 milliards Fcfa sur quatre ans pour résoudre les problèmes de bon fonctionnement auxquels elle est actuellement confrontée. La société veut également réaliser plusieurs grands projets.

Parmi ces grands projets, figurent, entre autres, la réhabilitation du matériel technique et de contrôle à l’instar du système de gestion et de contrôle automatisé (Sgcas) qui a été vandalisé. L’AIGF veut aussi étendre sa zone de couverture, outre Abidjan, à cinq autres localités du pays. Elle veut construire un laboratoire de mesure d’évaluation de test de conformité et d’interopérabilité afin d’obtenir toutes les assurances nécessaires avant d’autoriser une mise en service d’équipements radioélectriques en Côte d’Ivoire.

Enfin, la note de l’AIGF révèle que son directeur général a l’ambition de bâtir de nouveaux locaux pour les centres de gestion des fréquences situés à l’intérieur du pays, fournir une formation des agents au métier des radiocommunications et construire une station de contrôle des émissions par satellites.

Créée par l’ordonnance numéro 2012-293 du 21 mars 2012, l’Agence ivoirienne de gestion des fréquences radioélectriques (AIGF) est née des cendres de l’Agence des télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI) et du Conseil des télécommunications de Côte d’Ivoire (CTCI), dans le cadre de la réorganisation du secteur national des télécommunications.

agenceecofin.com

Aller en haut