Accueil / Développement / Lamido Sanusi porté à la présidence du conseil d’administration de Black Rhino

Lamido Sanusi porté à la présidence du conseil d’administration de Black Rhino

Lamido Sanusi porté à la présidence du conseil d’administration de Black Rhino

Lamido Sanusi Muhammad, l’ex gouverneur de la banque centrale du Nigéria, connait aujourd’hui un rebondissement spectaculaire de sa carrière. Il vient d’être nommé au poste de président du Conseil d’Administration de Black Rhino, un véhicule d’investissement crée en 2012, et qui est spécialisé sur le développement et les acquisitions dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures en Afrique.

« Nous sommes convaincus qu’à ce poste de Président du conseil d’administration, l’Emir apportera des opportunités et aussi plus d’orientation morales pour ce qui est de tous nos engagements à travers le continent africain. Il possède une vision incomparable des besoins de développement, tant au niveau global que sur le plan des défis socio-économiques locaux », a fait savoir Brian Herlihy, le directeur général et fondateur de Black Rhino, commentant cette nomination.

Suspendu en février 2014 de son poste avant l’arrivée du terme de son mandat (en juin 2014) par l’ancien président Goodluck Jonathan, Lamido Sanusi a continué d’être une personnalité forte du Nigéria en sa qualité d’Emir. Selon le communiqué donnant l’information de sa nomination, il a juste indiqué, en guise de commentaire, être ravi de pouvoir rentrer de plain-pied dans cette compétition pour le capital qui prévaut aujourd’hui, avec pour objectif de porter une partie de ce capital vers les ménages.

L’homme qui s’est bâti une réputation de personnage rigoureux, doit aujourd’hui présider aux affaires de la filiale d’un des plus grands groupe de gestion alternative au monde, à savoir la firme américaine Blackstone. Cette dernière est engagée ou liée à plusieurs projets sur le continent africain, dont certains comme ceux portant sur le palmier à huile, font l’objet de vives critiques de la société civile internationale, sur la base d’accusations de dépossessions foncières et de destruction des biodiversités locales

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut