Accueil / Tic & Telecoms / L’ancien HP plombé par la chute des ventes de PC

L’ancien HP plombé par la chute des ventes de PC

L’ancien HP plombé par la chute des ventes de PC

«  Le marché est plus compliqué que prévu  », a reconnu Dion Weisler, le directeur général de HP Inc qui rassemble les activités historiques de PC et d’imprimantes.

HP qui rit, HP qui pleure. Au lendemain de la publication des résultats annuels du groupe informatique, les derniers en tant qu’entité commune, Wall Street n’a pas réservé le même accueil aux deux sociétés nées de sa scission (effective depuis le 1er novembre) .
Mercredi, HP Enterprise, qui regroupe les produits et services dédiés aux entreprises, grimpait de 3 % à mi-séance à la Bourse de New York. Dans le même temps, HP Inc., qui rassemble les activités historiques de PC et d’imprimantes, s’effondrait de 13 %. La réaction des marchés illustre les fortunes diverses des deux nouveaux groupes.

Un chiffre d’affaires en recul de 7%

A l’issue de l’exercice 2014-2015 (clos le 31 octobre), l’ex-HP a vu son chiffre d’affaires reculer de 7 %, à 103,4 milliards de dollars, avec une accélération de la baisse au dernier trimestre (– 9 %). Les marges ont aussi flanché. Les difficultés du nouvel HP Inc. ont clairement pesé sur les résultats. Les ventes de PC et d’imprimantes ont ainsi reculé de 9 % en un an (–  14 % sur les trois derniers mois).
« Le marché est plus compliqué que prévu », a reconnu Dion Weisler, le directeur général de HP Inc., qui a indiqué que les difficultés pourraient persister dans les prochains trimestres, malgré le lancement de Windows 10 , le nouveau système d’exploitation de Microsoft. Les prévisions pour le nouvel exercice sont d’ailleurs inférieures à celles des analystes. La société devrait accélérer les réductions de coûts déjà engagées (3.300 suppressions de postes).

Casse circonscrite

L’ex-HP a réussi à limiter la casse dans les autres activités. Les divisions qui forment désormais le nouveau HP Enterprise ont reculé de seulement 4 % sur l’année. Au dernier trimestre, la croissance était même au rendez-vous (hors effets de change).
Mais les disparités existent entre les ventes d’équipements (serveurs, réseaux, stockage), en hausse, et les prestations de services, en baisse. Meg Whitman, la patronne du nouvel ensemble, a dressé des perspectives moins sombres que dans les PC. Mais a prévenu qu’il était « probablement trop tôt pour dire que la scission apportait déjà ses premiers effets ».
Désireux d’accélérer dans le « cloud computing » pour soutenir sa croissance future, HP Enterprise a annoncé mardi soir, en marge des résultats, un partenariat avec Microsoft (et sa plate-forme Azure) pour construire de nouvelles offres.

ROMAIN GUEUGNEAU / JOURNALISTE
lesechos.fr

Aller en haut