mardi 19 janvier 2021
Accueil / International / L’attractivité de la France monte grâce aux industriels et innovateurs

L’attractivité de la France monte grâce aux industriels et innovateurs

L’attractivité de la France monte grâce aux industriels et innovateurs

Malgré l’incertitude qui pèse sur l’économie mondiale, l’attractivité de la France résiste aux chocs. C’est ce qui ressort du baromètre sur l’attractivité de l’Europe publié par le cabinet de consulting EY. Avec 1 027 projets d’investissements internationaux recensés (+ 1%), l’an dernier la France dépasse l’Allemagne et talonne le Royaume-Uni. Ce sont notamment les industriels et les innovateurs qui choisissent l’Hexagone pour sa compétitivité dans ces domaines, estime Marc Lhermitte, associé EY, cabinet d’audit financier et de conseil.

attire plus que ces deux concurrents, le Royaume-Uni (qui garde toutefois sa première place) et l’Allemagne.

La France va mieux qu’il y a trois ans, mais il reste beaucoup à faire. Je pense à l’industrie du numérique et aux activités de service. Il faut continuer les efforts pour attirer dans l’Hexagone des sièges sociaux des grands groupes. La France s’est en partie transformée, mais elle doit progresser sur la fiscalité, le coût du travail, ainsi que sur la simplification de son environnement réglementaire. Il ne s’agit évidemment pas de dire que la France doit être un pays à bas coût, mais elle doit être compétitive. C’est-à-dire elle doit jouer à armes égales avec des pays, des régions ou des villes qui sont intéressées par les mêmes investissements de start-up venant des États-Unis, d’entreprises industrielles venant de Chine ou d’entreprises européennes qui cherchent à se réorganiser en Europe.

Alors que la France attire les industriels et les innovateurs, l’Europe enregistre une baisse des projets internationaux. Moins 4% en 2018. Une première en six ans ! L’instabilité politique et la montée des populismes, mais aussi des ressentis protectionnistes inquiètent les investisseurs. Pourtant, certains pays s’en tirent mieux que d’autres. Pourquoi ?

Les incertitudes liées au Brexit ont eu un effet négatif sur le Royaume-Uni (- 13% de projets internationaux). L’Allemagne, elle, a été touchée par un ralentissement de ses exportations, mais aussi par des inquiétudes sur sa capacité de continuer à attirer des implantations dans les grandes filières comme l’automobile. Le pays bénéficie actuellement du plein emploi. Le revers de la médaille, c’est que de nombreuses entreprises ont du mal à recruter dans certaines grandes villes allemandes.

Mais en dépit d’environnements incertains, il y a des pays qui fonctionnent bien. Ce sont d’abord des pays qui profitent de la première vague des transferts liés au Brexit. C’est le cas de la Belgique (+ 29%), de l’Irlande (+ 52%) et, dans une moindre mesure, des Pays-Bas. À côté d’eux, il y a des pays qui, eux, poursuivent leur trajectoire beaucoup plus centrée sur des investissements industriels, des investissements très créateurs d’emploi. Ces pays tirent profit de leur compétitivité sur les coûts de main-d’œuvre, comme la Pologne (+ 38%) ou l’Espagne (+ 32%). C’est le cas de la Turquie également (+ 14%), un pays que l’on inclut dans notre baromètre de la très grande Europe économique. On a là, à la fois des marchés importants, mais aussi des économies qui offrent des avantages compétitifs.

Face à la baisse générale de projets internationaux en Europe, que préconisez-vous pour que le Vieux Continent retrouve son attractivité ?

Il faut d’abord qu’à la suite des dernières élections européennes, l’Europe retrouve un gouvernement stable. Face au conflit qui se joue entre deux puissances mondiales, il faut que l’Union européenne soit plus actrice. Elle ne peut pas être absente de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Les impacts de cette guerre sur les entreprises européennes sont très importants.

Deuxièmement, il faut que l’Europe cultive un de ses actifs incroyables : plus de 500 millions de talents. Ils constituent la première région économique du monde. Il faut continuer à les former et à les faire venir sur le marché du travail avec de nouvelles compétences qui sont attendues par les entreprises en Europe.

Troisièmement, il faut que l’Europe continue à faire évoluer ses règles fiscales pour que les équilibres se fassent entre des entreprises qui cherchent une plus grande efficacité pour des activités de recherche et d’autres qui veulent être efficaces pour faire circuler des marchandises. Il y a encore trop de dispersion dans les systèmes fiscaux entre les pays membres. Il faut plus d’harmonisation.

Et enfin, il faut que l’Union européenne, mais aussi des pays membres, des entreprises ou encore des universités investissent massivement dans les technologies qui feront l’avenir : l’intelligence artificielle, l’automatisation, la technologie de la santé, ainsi que les technologies propres aux énergies nouvelles. Ces quatre grands moteurs doivent permettre à l’Europe de rester la première région économique mondiale.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut