Accueil / Finances / L’autorité kényane des marchés rejoint le bureau de la finance islamique pour soutenir la croissance

L’autorité kényane des marchés rejoint le bureau de la finance islamique pour soutenir la croissance

L’autorité kényane des marchés rejoint le bureau de la finance islamique pour soutenir la croissance

L’autorité kényane des marchés financiers a déclaré jeudi avoir été admise au sein du Conseil du bureau des services financiers islamiques (IFSB), en tant que partenaire associé, soit un progrès important pour positionner Nairobi comme premier centre de la finance islamique en Afrique.

La décision d’admettre l’Autorité des marchés des capitaux (CMA) au sein de l’IFSB, organe basé en Malaisie, devrait contribuer à renforcer l’absorption de la finance islamique au Kenya.

“Cette admission est une étape majeure pour le développement du Kenya comme pôle de la finance islamique dans la région d’Afrique de l’Est, ce qui est un élément essentiel pour l’établissement de Nairobi comme centre financier international”, a déclaré à Nairobi le directeur exécutif du CMA, Paul Muthaura.

Le marché de la finance islamique au Kenya a également connu une croissance substantielle ces dernières années, et plusieurs institutions du secteur financier présentant une orientation islamique fonctionnent actuellement, dont deux banques islamiques à part entière et cinq services de finance islamique.

Au regard des tendances mondiales, le secteur de la finance islamique au Kenya reste largement sous-exploité car les besoins de financement importants de l’économie réelle, en particulier dans le domaine des infrastructures, sont appropriés pour des structures de financement islamiques ou alternatives.

“En tant que pôle financier islamique en devenir, avec l’environnement de stimulation approprié, nous avons une réelle opportunité d’attirer les investissements et les flux de capitaux de musulmans et de non musulmans, à l’échelle locale comme internationale”, a noté M. Muthaura.

L’IFSB est une institution internationale dédiée à la promotion du développement de services financiers islamiques judicieux et transparents, qui propose des critères financiers, ou adapte des critères existants, en conformité avec les principes de la charia, et recommande l’adoption de ces principes.

La Vision 2030 (programme de développement du Kenya) identifie les services financiers comme un secteur prioritaire qui devrait jouer un rôle central pour la réalisation de cette vision, a observé M. Muthaura.

Le Kenya a entrepris depuis un certain temps de mettre en place les conditions pour devenir un pôle de services financiers majeur, et son émergence en tant que pôle financier islamique est l’un des éléments de cette politique.

NAIROBI, 15 décembre (Xinhua)

Aller en haut