Accueil / Mines & Energies / L’avenir du secteur minier ouest-africain pensé à Accra

L’avenir du secteur minier ouest-africain pensé à Accra

L’avenir du secteur minier ouest-africain pensé à Accra

La première édition du Forum/exposition de la CEDEAO sur les mines et le pétrole (ECOMOF 2015) a pris fin jeudi à Accra au Ghana.

Pendant trois jours, les acteurs des secteurs minier et pétrolier ont mené des réflexions visant la promotion et le développement du potentiel minier et pétrolier de l’espace communautaire.

ECOMOF a notamment pour ambition de favoriser l’intégration socio-économique régionale, de développer l’exploitation minière artisanale et de petite échelle et d’organiser des bases de données géologiques, minières et pétrolières dans les Etats membres de la CEDEAO.

Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, ce forum est perçu comme un cadre de dialogue concerté à encourager. Le thème ECOMOF 2015 qui est «Valorisation des ressources minières et pétrolières de l’Afrique de l’Ouest à travers la coopération régionale», devrait permettre à la sous région de se tourner vers l’avenir tout en répondant à la question « de quelle manière nous souhaitons que le secteur des industries extractives améliore, encore plus, notre bien-être collectif ?», a indiqué le président de la Commission de la CEDEAO.

La Commissaire du Commerce et de l’Industrie de la commission de l’union africaine, Fatima Haram Acyl, a plutôt insisté sur la grande contribution que les ressources minières, à travers l’industrialisation et la coopération régionale, pourraient apporter à la transformation et au développement du continent africain.

« C’est à travers l’industrialisation durable, a-t-il suggéré, que l’Afrique pourra de façon significative, comme toutes les nations industrielles du monde, transformer son économie, atteindre un niveau de développement acceptable et éradiquer la pauvreté ».

Le Forum des mines et du pétrole de la CEDEAO (ECOMOF) a été institutionnalisé par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement. Il est prévu pour se tenir tous les deux ans de façon rotative entre les Etats membres de la CEDEAO.

Martin Levalois
lemagazinedumanager.com

Aller en haut