Accueil / Développement / Le Bénin veut créer une Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir

Le Bénin veut créer une Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir

Le Bénin veut créer une Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir

Le gouvernement béninois vient de décider de la création de la Société de patrimoine de la Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir (CIIS), en vue de promouvoir l’émergence de centres d’excellence dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, ainsi que l’éclosion de champions nationaux et régionaux dans des domaines innovants.

“La zone franche du savoir et de l’innovation, dénommée Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir est une structure universitaire, scientifique et entrepreneuriale. Elle constitue l’un des principaux moteurs du pôle de croissance et une source potentielle de création d’emplois et de richesse dans le cadre du programme d’action du gouvernementé, souligne un communiqué gouvernemental.

Selon le communiqué, cette Cité Internationale de l’Innovation et du Savoir s’inscrit dans le concept d’une ville intelligente et durable, adaptée au contexte local, utilisant les technologies de l’information et de la communication.

“Elle intègre en outre des solutions innovantes en infrastructures durables, pour améliorer la qualité des services urbains fournis par la Cité, réduire ses coûts et son impact environnemental. Son aménagement se fera en plusieurs phases, de 2017 à 2030, à Sèmè- Kpodji, ville située à une vingtaine km au sud-est de Cotonou, la capitale économique béninoise”, ajoute la même source.

La mise en œuvre de cette société de patrimoine de la Cité internationale de l’Innovation et du savoir, sera assurée par une structure dénommée “Agence de développement de la Cité internationale de l’Innovation et du Savoir”, chargée de concrétiser la vision du gouvernement béninois.

Ce projet s’articulera autour de trois composantes majeures à savoir : un volet enseignement supérieur, via l’implantation d’écoles, d’universités et de centres de formation continue publics et/ou prives qui proposeront une offre de qualité, multilingue et financièrement abordable; un volet recherche et développement, à travers la création de centres de recherches et de laboratoires publics ou prives, dont les programmes seront majoritairement de recherche appliquée et basés sur l’identification de problèmes des communautés environnantes et du pays; et enfin un volet incubation et entreprenant, à travers la mise en place d’incubateurs qui offrent aux entrepreneurs les ressources dont ils ont besoin pour développer leurs projets.

romandie

Aller en haut