Accueil / Finances / Le bras de fer se poursuit entre la fille Dos Santos et ses coactionnaires au sein de Banco BPI

Le bras de fer se poursuit entre la fille Dos Santos et ses coactionnaires au sein de Banco BPI

Le bras de fer se poursuit entre la fille Dos Santos et ses coactionnaires au sein de Banco BPI

Le groupe bancaire espagnol Caixabank et Isabel dos Santos (photo), la fille du président angolais, femme la plus riche d’Afrique, PDG de Santoro Finance, ne sont finalement pas parvenus à un accord sur la gestion des actifs de la filiale en Angola du groupe portugais Banco BPI, dans laquelle les deux parties sont actionnaires.

Pour rappel, l’an passé, le groupe Caixabank souhaitait racheter les 56,4% de BPI qu’il ne contrôlait pas encore. En vertu d’une règle limitant les droit de vote d’un actionnaire unique à seulement 20%, et disposant une majorité de blocage du fait de sa double participation au sein de la banque portugaise, la fille Dos Santos s’était opposée à cette offre de rachat, proposant plutôt une fusion avec Banco Commercial Portugues.

Les négociations ont repris lorsque BPI a décidé qu’il mettrait à exécution la directive de la Banque Centrale Européenne, lui recommandant de se séparer de ses différents actifs africains, dont la Banco de Fomento Angola. Le projet d’accord qui a été dévoilé ce 11 avril 2016, prévoyait que Caixabank rachète les 18,6% d’Isabelle dos Santos, en contrepartie de son entrée au capital de Banco de Fomento Angola (BFA), par le biais d’Unitel, opérateur télécoms angolais qu’elle contrôle.

Suite aux discussions entre ses deux principaux actionnaires, Banco BPI a signalé dimanche qu’elle s’en remettrait aux directives de la BCE. Une annonce qui a été suivie d’une nouvelle offre publique de rachat par Caixabank des parts non contrôlées par elle.

Cette fois le montant de l’offre est de seulement 1 milliard $, contre 1,3 milliard $ en juin 2015. La nouvelle initiative est jugée quelque peu hostile par les analystes, car elle équivaut à 1,1 $ par action, alors qu’elle a été effectuée au moment où l’action BPI valait 1,9 euros sur le marché financier de Lisbonne (capitale du Portugal).

agenceecofin.com

Aller en haut