Accueil / Bourse / Le Cac 40 arrache une hausse hebdomadaire dans un dernier élan

Le Cac 40 arrache une hausse hebdomadaire dans un dernier élan

Le Cac 40 arrache une hausse hebdomadaire dans un dernier élan

Paralysée par un déluge de résultats trimestriels cette semaine, la Bourse de Paris est parvenue à gagner du terrain grâce à une hausse in extremis vendredi. La publication du PIB américain a renforcé les anticipations d’une hausse des taux.

La séance de Bourse du 28 octobre | Crédits photo : Shutterstock
La rédaction vous conseille aussi :

Les recommandations d’analystes : Saint-Gobain, Technip, Capgemini, Nokia…

Gemalto : un gros profit warning qui passe très mal

+0,36% lundi, -0,26% mardi, -0,14% mercredi, -0,02% jeudi et +0,33% vendredi… la Bourse a évolué dans un intervalle très réduit cette semaine. Les nombreuses publications d’entreprises en cette saison des résultats du troisième trimestre n’ont pas suffi à lui donner une véritable direction. D’autant que plusieurs copies ont été décevantes, notamment Total avec ses marges de raffinage, Gemalto ou RBS en Europe, ou encore Apple, Amazon et Exxon Mobil aux Etats-Unis. Par ailleurs, les dernières statistiques économiques plaident plutôt en faveur d’une hausse prochaine des taux américains, et renforcent en cela la prudence ambiante.

Selon la première estimation du Département du Commerce publiée vendredi, la croissance de l’économie américaine a accéléré à 2,9% en rythme annualisé au troisième trimestre, le plus élevé depuis deux ans, là où le marché tablait sur seulement 2,6%. « Cela confirme l’accélération de l’économie qui permettra à la Fed de se sentir plus en confiance pour relever les taux en décembre », analyse Michael Arone, de State Street Global Adviser à Boston. La confiance du consommateur s’est quant à elle dégradée en octobre, l’indice établi par l’Université du Michigan reculant de 0,7 point à 87,2, au plus bas depuis septembre 2015, contre 88,2 espéré. Sur le Vieux Continent, l’Office fédéral allemand des statistiques a indiqué que l’inflation, en données harmonisées de l’Union européenne, avait atteint 0,7% sur un an en octobre outre-Rhin, son niveau le plus élevé depuis deux ans, après 0,5% en septembre.

Le pétrole en repli sur la semaine

Le Cac 40 grappille 0,33% à 4.548,58 points dans un volume d’affaires de 3,27 milliards d’euros. Il affiche une hausse de 0,28% sur la semaine. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien gagne 0,14%, le Dax de la Bourse de Francfort et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro perdent 0,19%. A New York, le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq Composite s’affichent en légère hausse.

Du côté des matières premières, le baril de Brent de la mer du Nord, qui se maintient juste autour des 50 dollars, s’apprête à boucler sa deuxième baisse hebdomadaire d’affilée. Un comité de l’Opep s’est réuni vendredi et samedi pour discuter des quotas de production, avec des pays extérieurs au cartel, comme le Brésil et la Russie. Si l’Arabie saoudite serait prête à s’entendre avec ses alliés du Golfe pour une réduction de 4% des extractions, l’Irak a demandé à être exempté de toute baisse de réduction.

Saint-Gobain et Alten se distinguent

Total recule, affecté par la chute de 27% de ses marges de raffinage. Le groupe pétrolier a pourtant publié des résultats supérieurs aux attentes au titre du troisième trimestre, grâce à la hausse de sa production et à des économies. Total indique être en avance sur son programme de réduction des coûts, confortant son objectif d’une économie de 4 milliards de dollars en 2018.

Après une baisse de plus de 7% jeudi consécutive à ses prévisions, Nokia fait l’objet d’une dégradation d’Exane BNP Paribas, passé de « surperformance » à « neutre » sur le titre de l’équipementier de réseaux télécoms.

Saint-Gobain est recherché. Le fabricant de matériaux de construction a confirmé ses objectifs annuels en publiant un chiffre d’affaires en amélioration au titre du troisième trimestre grâce à la reprise des volumes en Europe et à la poursuite d’une croissance soutenue dans les pays émergents.

La copie de Sanofi est saluée. Le groupe pharmaceutique a relevé ses prévisions pour 2016 après une amélioration de ses résultats, supérieurs aux attentes, au troisième trimestre. La filiale Genzyme et les vaccins ont contrebalancé le ralentissement des ventes du Lantus aux Etats-Unis.

D’abord en baisse, BNP Paribas a finalement effacé ses pertes. L’établissement du boulevard des Italiens a nettement renforcé ses fonds propres au troisième trimestre, grâce à une performance solide dans la banque d’investissement qui a contribué à générer des profits meilleurs que prévu. CM-CIC a abaissé sa recommandation sur l’action de « achat » à « neutre » pour des questions de valorisation.

Eutelsat est dopé par la croissance de son chiffre d’affaires trimestriel et la confirmation de ses objectifs pour les trois prochains exercices. La marge d’excédent brut d’exploitation sera ainsi maintenue au-dessus de 75% pour les exercices 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019.

Plus forte hausse du SRD vendredi, Alten a annoncé viser une accélération de sa croissance organique à plus de 5,5% cette année grâce à l’amélioration générale de l’environnement économique.

Gemalto plonge après avoir réduit son objectif de résultat opérationnel pour 2017 en raison notamment des conditions difficiles pour ses activités dans le mobile.

 

mobile.

 

investir.lesechos.fr

Aller en haut