Accueil / Bourse / Le Cac 40 bascule sous 4.800 points avant une semaine chargée en résultats d’entreprises

Le Cac 40 bascule sous 4.800 points avant une semaine chargée en résultats d’entreprises

Le Cac 40 bascule sous 4.800 points avant une semaine chargée en résultats d’entreprises

Plombé par les valeurs financières et automobiles, le Cac 40 entame la semaine en baisse. L’indice parisien lâche 0,98 %, à 4.778,08 points. Le spread entre le rendement de l’obligation française à 10 ans et le Bund allemand est au plus haut depuis mars 2013.

Avant que la saison des résultats du quatrième trimestre ne batte véritablement son plein en Europe, les opérateurs se gardent bien des prendre des risques. Pour preuve, à Paris, le volume d’échanges se limite à 2,6 milliards d’euros sur le Cac 40, qui finit en baisse de 0,98 %, à 4.778,08 points. Pas moins de treize poids lourds de la cote présenteront leurs chiffres d’affaires ou résultats d’ici à vendredi. A Londres, le Footsie cède 0,22 %, le Dax à Francfort 1,22 % et l’Euro Stoxx 50 perd 0,99 %.

Hausse de la prime de risque sur la France

Fortement pondérées dans le Cac 40, les valeurs financières, un temps orientées à la hausse, ont inversé la vapeur et terminé au fond du classement. Mario Draghi, qui s’exprimait devant le Parlement européen à Bruxelles, s’est dit opposé à tout assouplissement de la réglementation bancaire, prenant ainsi le contrepied de Donald Trump aux Etats-Unis. « L’idée de retrouver les conditions qui étaient en place avant la crise est préoccupante », a souligné le président de la Banque centrale européenne.

Par ailleurs, les opérateurs s’inquiètent des déclarations de la candidate à la présidentielle française Marine Le Pen, qui, lors de son premier meeting de campagne, dimanche, à Lyon, a appelé au « rétablissement d’une monnaie nationale adaptée à notre économie, levier de notre compétitivité » et la mise en place d’un « protectionnisme intelligent » pour « soutenir les entreprises françaises face à la concurrence internationale déloyale. » Dans une note adressée à ses clients, JPMorgan estime que l’euro pourrait tomber sous un niveau de parité avec le billet vert, à environ 0,98 dollar, et que les coûts de financement de la France pourraient dépasser de 2 % ceux de l’Allemagne si Marine Le Pen venait à remporter l’élection du printemps prochain. Sur le marché de la dette, la prime de risque de l’Etat français a bondi ce lundi. Appelée « spread » dans le jargon, cette prime, qui mesure l’écart de rendement entre l’OAT française à 10 ans et le Bund allemand de même échéance s’élève à 76 points de base en fin de session européenne, un niveau inédit depuis mars 2013, signe que la confiance dans la France se détériore.

Elle se dégrade d’autant plus que celui qui, il y a deux semaines encore, était donné favori pour la présidentielle, Français Fillon, perd du terrain dans les sondages depuis les révélations dans l’affaire dite du « Penelope Gate ».

Actif défensif par excellence, l’or poursuit sa marche en avant, l’once de métal précieux ayant atteint 1.230,34 dollars sur le marché spot, au plus haut depuis la mi-décembre.
Innate Pharma prend l’eau

Outre les banques, le secteur automobile fait marche arrière à la suite d’une dégradation d’avis de Bank of America Merrill Lynch, passé à « sous-pondérer ».

 

Total cède quelques fractions à la clôture, après avoir bénéficié en cours de séance du relèvement d’opinion de Deutsche Bank de « conserver » à « achat ». En fin de semaine dernière, son PDG, Patrick Pouyanné, a déclaré, sur France Info, que les chiffres de 2016, à paraître jeudi, seront « bons et très résistants ». Ils « seront parmi les meilleurs des majors pétroliers », a-t-il souligné.

En dehors de l’indice phare,l’action de la biotech Innate Pharma décroche de 15,65 %. L’étude de phase II EffiKIR testant l’efficacité du lirilumab en monothérapie chez les patients âgés souffrant de leucémie aigüe myéloïde n’a pas atteint le critère primaire d’efficacité, à savoir la survie sans leucémie.

lesechos

Aller en haut