Accueil / Bourse / Le Cac 40 de nouveau affaibli par les matières premières

Le Cac 40 de nouveau affaibli par les matières premières

Le Cac 40 de nouveau affaibli par les matières premières

La Bourse de Paris poursuit son recul, la hausse du dollar pesant sur les cours des matières premières. ArcelorMittal accuse la plus forte baisse du Cac 40, tandis que Total cède 2%. LVMH est la seule composante de l’indice à résister.

La Bourse de Paris accuse sa troisième baisse en quatre séances, le recul du pétrole et les interrogations sur la stratégie de la Fed pesant sur l’ensemble des places financières en cette fin de semaine écourtée par le Vendredi Saint. ArcelorMittal et Total accusent les deux plus fortes baisses du Cac 40, tandis que LVMH surnage grâce à une recommandation d’achat de Credit Suisse. Hors indice phare, Spie abandonne plus de 5% à la suite d’une cession de titres par deux actionnaires.

Peu avant 10 heures, le Cac 40 recule de 1,15% à 4.372,98 points dans un volume d’affaires de 385 millions d’euros.

Wall Street a de nouveau reculé hier, entraînant les marchés asiatiques dans son sillage ce matin, Shanghai pâtissant en outre des informations de presse selon lesquelles plusieurs brokers auraient décidé de reprendre les ventes à découvert. Les propos volontaristes du Premier ministre Li Kequiang selon lesquels la Chine dispose des outils pour stabiliser son économie en dépit de pressions baissières et de problèmes structurels profonds n’ont eu aucun effet.

Le brut plombé par les stocks, la Fed surveille l’inflation

Le baril de Brent de la mer du Nord perd 1,3% à 40,14 dollars après un recul de plus de 3% mercredi en réaction à l’annonce d’un nouveau record des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis. Par ailleurs, si un éventuel accord sur un gel de la production était trouvé à Doha le mois prochain, la perspective d’un renforcement continu du dollar constitue un frein important à une hausse durable des cours du pétrole.

La Fed a certes adopté un ton conciliant à l’issue de son dernier conseil de politique monétaire, mais plusieurs responsables de la banque centrale américaine ont laissé entendre qu’il pourrait y avoir davantage de hausses des taux que prévu cette année, et même dès le mois prochain, en raison notamment du risque d’une accélération plus rapide que prévu de l’inflation. Les prochains indicateurs américains seront donc à surveiller de près, et notamment les chiffres des revenus et dépenses des ménages, avec une attention toute particulière pour la composante Core PCE (dépenses de consommation personnelle hors alimentation et énergie). La statistique sera publiée lundi alors que les marchés européens seront fermés.

Sur le plan macroéconomique, la confiance du consommateur allemand devrait diminuer en avril, l’indice avancé de l’institut GfK a reculé de 0,1 point à 9,4, contre 9,5 attendu. En France, le climat des affaires s’est quelque peu dégradé en mars, l’indice synthétique de l’Insee reculant de 1 point à 100. L’indicateur mesurant le climat dans l’industrie a plié de 2 points à 101 et celui des services s’est contracté de 1 point à 99. Pôle emploi dévoilera à 18h00 les chiffres du chômage de février en France.

L’après-midi sera américaine avec les inscriptions hebdomadaires au chômage et les commandes de biens durables du mois dernier à 13h30, puis l’indice flash PMI Markit des services en mars à 14h45.

Les matières premières sous pression, LVMH tire son épingle du jeu

ArcelorMittal recule de 4,38% à 3,60 euros, le renforcement du dollar pesant sur les prix des métaux, et notamment sur ceux du minerai de fer.

Parmi les valeurs pétrolières et parapétrolières, Total perd 2,06% à 40,01 euros, Technip 1,76% à 47,75 euros et Vallourec 5,96% à 5,644.

Airbus Group cède 2,23% à 59,96 euros. L’avionneur et d’autres créanciers de la compagnie aérienne japonaise en faillite Skymark réclament 309 milliards de yens (2,46 milliards d’euros), montant que Skymark est parvenu à réduire au cours de négociations, selon le quotidien Nikkei.

Vivendi lâche 1,72% à 18,86 euros. Sa filiale Canal+ pourrait payer jusqu’à 300 millions d’euros par an sur cinq ans pour la diffusion exclusive de beIN Sports, rapporte BFM.

Numericable-SFR gagne 1,02% à 36,52 euros. L’opérateur a décidé de partager les droits de diffusion de la Premier League de football avec ses concurrents moyennant finance, rapportent Les Echos.

LVMH grappille 0,10% à 150,30 euros. Credit Suisse a relevé son opinion sur la valeur de de « neutre » à « surperformance » en portant son objectif de cours de 145 à 168 euros.

Spie plie de 3,52% à 17,11 euros. Clayton, Dubilier & Rice et le fonds Adrian ont annoncé leur intention de céder jusqu’à 12 millions d’actions Spie, soit 7,8% du capital, au prix unitaire de 16,58 euros, contre 17,74 en clôture mercredi.

John Wiburg
investir.lesechos.fr

Aller en haut