Accueil / Bourse / Le Cac 40 fléchit sur la fin, mais le Dow Jones a touché les 23.000 points

Le Cac 40 fléchit sur la fin, mais le Dow Jones a touché les 23.000 points

Le Cac 40 fléchit sur la fin, mais le Dow Jones a touché les 23.000 points

D’abord insensible au record de Danone et à l’envolée d’Airbus, le Cac 40 a profité du nouveau sommet initial du Dow Jones et du renforcement du dollar alors que la spéculation va bon train sur le nom du successeur de Janet Yellen à la tête de la Fed. Mais il finit stable (-0,03%).

La Bourse de Paris s’est contentée de finir à l’équilibre malgré une incursion dans le vert en toute fin de séance, profitant d’une poussée initiale du Dow Jones sur le seuil des 23.000 points. Mais le Cac 40 finit stable au fixing (-0,03% à 5.361,37 points), dans un volume d’échanges de 2,9 milliards d’euros. A New York, les résultats trimestriels de Johnson & Johnson ont dépassé les attentes. Goldman Sachs se replie de 1,4%, tandis que, hors indice phare, Morgan Stanley avance de près de 2%. Cette ouverture positive à New York et la poursuite du renforcement du dollar, sur fond d’anticipations de hausse des taux de la Fed et de spéculation sur le nom de son prochain président, censé être « hawkish », ont constitué un soutien en Europe durant l’après-midi. Du côté des entreprises françaises, Danone et Casino se sont distinguées grâce à des ventes trimestrielles meilleures que prévu, tandis qu’Airbus a été dopé par sa prise de contrôle du programme d’avions CSeries de Bombardier.

Les considérations politiques et géopolitiques n’ont pas disparu pour autant. La Corée du Nord a prévenu qu’une guerre nucléaire pourrait « éclater à tout moment », tandis que le bras de fer se poursuit entre Madrid et Barcelone et que les négociations entre Londres et Bruxelles sur le Brexit sont au point mort. Le revers du parti d’Angela Merkel au profit du parti libéral démocrate (FDP) lors d’une législative partielle, le week-end dernier, risque par ailleurs d’inciter le FDP à revoir ses prétentions à la hausse dans les discussions en vue de constituer une coalition gouvernementale.

Vers une prochaine hausse des taux de la BoE

Aux Etats-Unis, les prix à l’importation ont augmenté de 0,7% en septembre et de 2,7% sur un an, contre respectivement +0,6% et +2,6% anticipés par le consensus Bloomberg. La production industrielle a quant à elle rebondi de 0,3% comme prévu le mois dernier. Enfin, l’indice NAHB de confiance des promoteurs-constructeurs immobiliers est ressorti à 68 en octobre, son meilleur niveau depuis mai, alors que le marché l’attendait stable à 64.

Au Royaume-Uni, les prix à la consommation ont augmenté de 3% sur un an le mois dernier, niveau inédit depuis avril 2012, gonflés par le coût des produits alimentaires et des transports. Un chiffre d’autant plus important que Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE), a déclaré ce mardi devant les parlementaires britanniques que « le sentiment de la majorité du comité [de politique monétaire] est qu’un relèvement des taux d’intérêt dans les prochains mois semble approprié ».

Bombardier redonne des ailes à Airbus

Airbus a terminé en tête du Cac 40. L’avionneur va prendre une participation majoritaire dans le programme d’avions CSeries de Bombardier, ont annoncé les deux constructeurs aéronautiques.

Danone a signé un nouveau record. Le groupe a annoncé une accélération de sa croissance organique, qui a progressé de 4,7% au troisième trimestre, contre 0,2% trois mois plus tôt, grâce à la Chine, à un bond en avant de la nutrition infantile et à un retour à la croissance de ses eaux. Le groupe anticipe une progression de plus de 12% à taux de change constants de son bénéfice net par action 2017 et confirme ses objectifs 2020.

Casino a également été entouré. Le distributeur a fait état d’une croissance organique de 3,4% au troisième trimestre, après 3,3% au deuxième, le ralentissement de sa distribution alimentaire en France et au Brésil étant compensé par une forte accélération du site C-Discount.

Air France-KLM avance de près de 3% alors que Morgan Stanley a relevé son objectif de cours sur le titre de la compagnie aérienne de 17 à 18,35 euros en maintenant son opinion à « surpondérer ».

Enfin, Sartorius Stedim accuse la plus forte baisse du SRD (-12%), plombé par des ventes à neuf mois inférieures aux attentes.

investir.lesechos

Aller en haut