Accueil / Bourse / Le Cac 40 frileux sous une pluie de résultats trimestriels

Le Cac 40 frileux sous une pluie de résultats trimestriels

Le Cac 40 frileux sous une pluie de résultats trimestriels

La Bourse de Paris a évolué dans un intervalle réduit ce jeudi, alors que la saison des résultats trimestriels bat son plein. Les copies du jour sont contrastées. Deux poids lourds de la cote américaine rendront la leur après la clôture de Wall Street.

 

Avec près de la moitié des membres du Cac 40 devant faire état de leur activité au troisième trimestre cette semaine, les prises de position sont rares. L’attentisme est de mise, d’autant plus que l’élection présidentielle américaine, prévue pour le 9 novembre, approche à grand pas. Seul le bénéfice surprise de Deutsche Bank apaise quelque peu les inquiétudes du marché, alors qu’Apple a fortement déçu. Les résultats de Google et Amazon sont attendus après la clôture de Wall Street. Facebook, le dernier Gafa, se pliera à l’exercice mercredi prochain.

La visibilité sur les trimestriels des sociétés européennes est faible eu égard aux perspectives économiques, mais cela n’empêche pas les traders de s’interroger sur la marge de manœuvre de la BCE après un récent indicateur soulignant une forte accélération de l’activité dans le secteur privé en zone euro et une reprise de l’inflation. Au-delà de l’Union européenne, le PIB du Royaume-Uni a progressé de 0,5% au troisième trimestre, contre +0,3% anticipé par le marché, mais cette croissance repose essentiellement sur la hausse de 0,8% du secteur des services, qui représente près de 80% de l’activité, et qui est le plus exposé aux risques liés au Brexit.

Une bonne surprise dans les comptes de Twitter

Presque immobile, le Cac 40 cède 0,02% à 4.533,57 points dans un volume d’affaires de de 3,19 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien grappille 0,41%, le Dax de la Bourse de Francfort cède 0,07% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,14%. A New York, le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq Composite oscillent autour de l’équilibre. Dow Chemical et Ford ont publié des trimestriels supérieurs aux attentes, tandis que Twitter a battu le consensus pour la première fois depuis longtemps. Par ailleurs, Qualcomm a annoncé le rachat de NXP Semiconductors dans le cadre d’un accord valorisant ce dernier 47 milliards de dollars.

Toujours outre-Atlantique, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de 3.000 à 258.000, signant ainsi leur premier repli en trois semaines. Les commandes de biens durables ont quant à elles plié de 0,1% dans leur ensemble en septembre. Hors défense et aviation, elles reculent néanmoins de 1,2%, leur plus forte baisse depuis février. Enfin, les promesses de ventes de logements ont rebondi de 1,5%, le mois dernier là où le marché anticipait une hausse de 1%.

Rebond du Brent sur fonds de rumeurs d’accord à l’Opep

Le Brent est repassé au-dessus du seuil des 50 dollars. L’Arabie saoudite et ses alliés du Golfe au sein de l’Opep sont prêts à réduire leur production d’environ 4%, selon des sources citées par Reuters. La baisse surprise des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis constitue également un facteur de soutien.

Sur le marché des changes, le dollar se stabilise après deux séances de baisse, série inédite en plus d’un mois. Les traders évaluent la probabilité d’une hausse des taux de la Fed en décembre à 71,5%, selon les calculs de Bloomberg sur la base des futures sur fonds fédéraux.
Technip en tête de l’indice, Schneider et Nokia déçoivent

BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale progressent. A Francfort, Deutsche Bank, qui a dégagé un bénéfice surprise au troisième trimestre, est en légère hausse, tandis que Barclays progresse nettement à Londres grâce à un bond de 35% de ses résultats.

Schneider Electric recule de plus de 2%. Le groupe a confirmé ses objectifs 2016, malgré une contraction de 8% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre. Un repli dû à la cession de plusieurs filiales et à des effets de change négatifs. A changes et périmètre constants, les ventes se sont contractées de 1,7%, en raison de la faiblesse de l’activité au Moyen-Orient et dans le secteur pétrolier et gazier.

Nokia est lanterne rouge du Cac 40. L’équipementier télécoms a fait état d’une baisse moins marquée que prévu de son bénéfice au troisième trimestre, les résultats ayant profité d’un versement non-récurrent de Samsung au titre de certaines licences. Le groupe anticipe cependant une poursuite du ralentissement de la demande pour les réseaux mobiles, ce qui devrait peser sur ses ventes du trimestre en cours.

Technip s’installe en revanche en tête de l’indice. Le groupe a relevé ses prévisions pour 2016 et annoncé que son rapprochement avec l’américain FMC Technologies pourrait être finalisé dès janvier 2017. Pour le troisième trimestre, le groupe de services pétroliers a annoncé un résultat net en hausse de 12,4% à 184,3 millions d’euros. Une diminution sensible des charges exceptionnelles et une amélioration de la rentabilité ont permis de compenser le repli du chiffre d’affaires.

STMicroelectronics signe la meilleure performance du SRD. Le fabricant de semi-conducteurs a vu son chiffre d’affaires progresser de 1,9% sur un an au troisième trimestre. La marge brute progresse de 100 points de base à 35,8%, contre 35,6% attendu par les analystes. Pour le trimestre en cours, le groupe table sur une marge brute comprise entre 35% et 39%, contre 36,2% estimé.

A l’inverse, Tarkett ferme la marche. Les prévisions annuelles présentées par le spécialiste des revêtements de sol sont inférieures aux attentes tant sur le plan de l’excédent brut d’exploitation que du chiffre d’affaires. Le groupe a dégagé 794,3 millions de facturations au troisième trimestre, contre 824,3 attendues.

 

 

lesechos

Aller en haut