Accueil / Bourse / Le Cac 40 plie avec les banques et le pétrole

Le Cac 40 plie avec les banques et le pétrole

Le Cac 40 plie avec les banques et le pétrole
l'indice NSE 30 recule de 0,72%

La Bourse de Paris est freinée par le repli du pétrole et des valeurs bancaires. La prudence est de mise à l’approche des publications d’entreprises au titre du troisième trimestre.

La Bourse de Paris recule, freinée par le secteur bancaire européen. L’indice Stoxx 600 associé plie de plus de 1%, alors que Deutsche Bank lâche 3% à Francfort, faute d’avancée concrète dans le règlement du litige avec la justice américaine. La prudence est de mise à l’approche des publications d’entreprises au titre du troisième trimestre. LVMH s’apprête à ouvrir le bal en fin d’après-midi avec son chiffre d’affaires, tandis qu’outre-Atlantique, Alcoa publiera ses résultats demain soir. Les banques JPMorgan, Citigroup et Wells Fargo suivront vendredi.

A 11h10, le Cac 40 perd 0,21% à 4.440,72 points dans un volume d’affaires de 610 millions d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien cède 0,08%, le Dax de la Bourse de Francfort 0,12% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,35%.
Le baril de pétrole sous tension, Istanbul en ligne de mire

Le baril de Brent de la mer du Nord recule de 1% (par rapport à son niveau à l’heure de la clôture à Paris vendredi) à 51,64 dollars. Le nombre de forages en exploitation aux Etats-Unis a atteint 428 la semaine dernière, son plus haut niveau depuis février, selon les données publiées par Baker Hughes. Par ailleurs, le ministre saoudien du pétrole, Khalid Al Falih a appelé l’Opep à ne pas comprimer trop fortement la production afin de ne pas créer un choc sur le marché. La Russie et l’Opep doivent ternir des discussions cette semaine à l’occasion du Congrès mondial de l’énergie à Istanbul.

Sur le plan macroéconomique, l’excédent commercial de l’Allemagne s’est apprécié à 20 milliards d’euros en août, contre 19,5 milliards en juillet. La croissance de l’économie française devrait bien atteindre 0,3% au troisième trimestre, a confirmé la Banque de France dans sa dernière estimation. L’OCDE dévoilera pour sa part à midi ses indicateurs avancés d’octobre.
Les banques sous pression, ArcelorMittal en tête du Cac 40

BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale figurent parmi les plus fortes baisses du Cac 40. Au-delà du recul de Deutsche Bank, le secteur pâtit des craintes que le Brexit n’affecte fortement la croissance en Europe.

Ingenico figure parmi les plus fortes baisses du SRD. Barclays a dégradé le titre de « surpondérer » à « pondération en ligne » en ramenant son objectif de cours de 120 à 80 euros.

ArcelorMittal poursuit sa progression après la mise en place, samedi, des mesures anti-dumping annoncées par l’Union européenne à l’encontre de certains aciers chinois.

Vivendi gagne plus de 1% alors que Bolloré a annoncé avoir augmenté, via plusieurs opérations, sa participation dans le groupe de médias dont il détient désormais plus de 20% du capital et des droits de vote.

Thales a inscrit un nouveau record à 83,79 euros. Standard and Poor’s a relevé la note du groupe de « BBB + » à « A- » avec perspective stable, estimant que les commandes du groupe devraient bénéficier du récent contrat de Dassault Aviation pour la vente de Rafale à l’Inde.

John Wiburg / lesechos.fr

Aller en haut