Accueil / Bourse / Le Cac 40 réduit ses pertes après la hausse limitée des salaires aux Etats-Unis

Le Cac 40 réduit ses pertes après la hausse limitée des salaires aux Etats-Unis

Le Cac 40 réduit ses pertes après la hausse limitée des salaires aux Etats-Unis

La Bourse de Paris réduit ses pertes, la hausse limitée des salaires et la hausse surprise du taux de chômage aux Etats-Unis limitant la probabilité d’une nouvelle hausse des taux de la Fed cette année. Carrefour accuse sa plus forte baisse en huit mois.

 

La Bourse de Paris réduit ses pertes après un rapport sur l’emploi américain moins impressionnant qu’il n’y paraît. Les créations de postes ont atteint leur meilleur niveau depuis février à 222.000 le mois dernier, tandis que le solde des deux mois précédents a été révisé en hausse de 47.000. Cependant, le taux de chômage a enregistré une progression surprise de 0,1 point à 4,4% de la population active, tandis que le salaire horaire moyen n’a augmenté que de 0,2% sur un mois, soit de 2,5% sur un an, contre respectivement 0,3% et 2,6% anticipés par le marché. Ces données décevantes en termes d’inflation réduisent la probabilité d’une prochaine hausse des taux de la Fed, tandis que l’euro se renforce à 1,1421 dollar.

Au-delà des de l’énergie et des médias, qui accusent les plus fortes baisses sectorielles, Carrefour est lanterne rouge du Stoxx 600 alors que les analystes s’interrogent sur le niveau de ses marges. Les « utilities » signent au contraire la plus forte hausse sectorielle à la faveur des rumeurs d’intérêt d’un consortium d’investisseurs pour le britannique Centrica, qui bondit de près de 5% à Londres.

Le pétrole repart à la baisse

A 14h45, le Cac 40 cède 0,17% à 5.143,76 points dans un volume d’affaires de 1,45 milliard d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien prend 0,16% et le Dax de la Bourse de Francfort est stable. Le contrat future septembre sur indice Dow Jones gagne 0,19%.

Le rebond de 0,7% hier alimenté par la forte réduction des stocks pétroliers aux Etats-Unis n’aura pas duré. Le baril de Brent de la mer du Nord repart recule de plus de 2 dollars à 46,95. Le Département de l’Energie a en effet annoncé une augmentation de la production américaine de 88.000 barils à 9,34 millions la semaine dernière, la plus forte depuis janvier, la contraction observée sur la période précédente étant due à des opérations de maintenance en Alaska et à l’impact de la tempête tropicale Cindy.

Carrefour sanctionné, Veolia recherché

Carrefour lâche plus de 4%. Si le chiffre d’affaires s’est révélé supérieur aux attentes au deuxième trimestre, les analystes soulignent, et notamment Bernstein, que cette amélioration a été obtenue au prix de promotions coûteuses et d’une réduction des marges. Barclays précise pour sa part que rien n’indique que la dynamique de résultats ou de génération de cash-flow libre va s’améliorer à court terme.

Les pétrolières et parapétrolières réagissent au repli du brut à l’image de Total, TechnipFMC et Vallourec.
Sodexo poursuit sa glissade au lendemain de l’annonce de l’abaissement de sa prévision de croissance organique de son chiffre d’affaires annuel. Deutsche Bank a dégradé le titre de « achat » à « conserver ».
Parmi les autres notes d’analystes, Exane BNP Paribas a abaissé Publicis de « surperformance » à « neutre ».
A l’inverse, Veolia Environnement s’installe en tête du Cac 40 dopé par la spéculation entourant le secteur des « utilities ».
Air France-KLM poursuit son parcours haussier, apparemment soutenu par la baisse des cours du pétrole.

JOHN WIBURG
investir.lesechos

Aller en haut