Accueil / Bourse / Le Cac 40 reprend sa marche en avant

Le Cac 40 reprend sa marche en avant

Le Cac 40 reprend sa marche en avant

Bien que largement anticipée, la victoire de La République en Marche aux élections législatives a tout de même été saluée en Bourse, permettant au Cac 40 de prendre 0,90 % à 5.310,72 points, après un repli de 0,69 % la semaine passée. A la fête, les valeurs bancaires ont enregistré des gains allant de 1,4 % à 1,6 %. Outre-Atlantique, le Dow Jones a signé un nouveau record.

Même s’il y avait peu de raisons d’en douter, c’est désormais officiel : le mouvement présidentiel La République en Marche (LREM) a obtenu la majorité absolue – 308 sièges sur 577 – à l’issue du second tour des élections législatives, même si sa victoire est moins nette qu’au premier tour. Emmanuel Macron a les coudées franches pour mettre en œuvre son plan de réformes. « Ce remaniement parlementaire apporte un soutien précieux à l’ambitieux programme du nouveau président, estime Allianz Global Investors (GI). Il cherchera probablement à faire adopter au plus vite les réformes les plus difficiles, notamment celles liées au droit du travail ». Au cours de l’élection, Emmanuel Macron avait estimé « raisonnable » une baisse du taux de chômage de 10 % environ actuellement à 7 % en 2022.

Les autres mesures phares sur le plan économique incluent une baisse de l’impôt sur les sociétés, de 33,3 % à 25 %, et le remplacement de l’impôt sur la fortune (ISF) par une taxe limitée aux biens immobiliers afin d’encourager l’investissement et l’entreprenariat. « Les marchés devraient s’attendre à l’adoption des réformes du marché du travail, ainsi que des changements dans le code fiscal et le système des retraites. Cela pourrait avoir un double impact structurel, stimulant les investissements français ainsi que les gains de productivité, tout en préparant le terrain pour des réformes plus audacieuses de la zone euro », enchaîne Elliott Hentov, responsable politique et recherche pour les marchés Europe, Moyen-Orient et Afrique chez State Street Global.

Les banques recherchées…

D’un point de vue boursier, les actions françaises devraient bénéficier des réformes économiques de Macron, notamment dans la construction, les infrastructures et les banques, ajoute Allianz GI. D’ailleurs, le compartiment financier est à la fête ce lundi. D’autant plus célébrées que le chef économiste de Berenberg estime que l’Hexagone pourrait devenir l’économie européenne la plus forte dans les dix ans. BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale gagnent entre 1,4 % et 1,6 %.

Mais c’est ArcelorMittal(+ 2,99 %) qui a pris la tête du Cac 40, le Stoxx 600 des ressources de base signant la meilleure performance sectorielle dans le sillage du rebond des cours du minerai de fer.
Airbus, Safran et Thales ont, pour leur part, inscrit de nouveaux records en cette semaine centrée sur le salon du Bourget, qui se tiendra jusqu’à dimanche.

… tout comme Europcar

Europcar a signé l’acquisition de Goldcar, numéro un européen de la location de véhicules low cost. L’opération, basée sur une valeur d’entreprise de 550 millions d’euros, devrait être positive pour le bénéfice par action dès la première année, indique Europcar, qui envisage de faire appel au marché pour un montant pouvant aller jusqu’à 10 % de son capital.

Parmi les autres notes d’analystes, Barclays passé de « sous-pondérer » à « pondération en ligne » sur le titre Schneider Electric, Berenberg a abaissé sa recommandation de « conserver » à « achat » sur Bouygues etSociété Générale a dégradé Vallourec d’« achat » à « conserver ».

A la clôture, le Cac 40 gagne 0,90%, à 5.310,72 points, après un repli de 0,69 % la semaine passée. Le volume d’affaires s’établit 3,2 milliards d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien prend 0,81 % et le Dax de la Bourse de Francfort 1,07 %. Outre-Atlantique, le Dow Jones a touché un nouveau plus haut historique à 21.506,41 points, tandis que les valeurs technologiques (Apple, Alphabet, Amazon ou Microsoft) regagnent du terrain.

En l’absence d’indicateurs macroéconomiques majeurs, le marché sera attentif aux interventions de plusieurs responsables de la Fed ces prochains jours. William Dudley, qui ouvrait le bal ce lundi, a indiqué que les salaires et l’inflation devraient se renforcer alors que l’économie américaine est très proche du plein emploi, tout en reconnaissant que la faiblesse de la productivité constitue « une ombre au tableau ». Soulignant que le niveau de confiance est « très très élevé », le président de la Fed de New York se dit confiant dans le potentiel d’expansion de l’économie. Conséquence immédiate de ces propos volontaristes, le rendement de l’emprunt américain à 10 ans de tend à 2,1757 %, contre 2,1514 % vendredi soir. Le dollar se renforce à 1,1177 pour 1 euro. Charles Evans (Chicago) prendra la parole ce lundi, Stanley Fischer (vice-président de la Fed), Eric Rosengren (Boston) et Robert Kaplan (Dallas) mardi, le gouverneur Jerome Powell jeudi, puis James Bullard (St. Louis) et Loretta Mester (Cleveland) vendredi.

investir.lesechos

Aller en haut