Accueil / Bourse / Le Cac 40 retient son souffle avant la BCE, grosse déception sur Carrefour

Le Cac 40 retient son souffle avant la BCE, grosse déception sur Carrefour

Le Cac 40 retient son souffle avant la BCE, grosse déception sur Carrefour

La Bourse de Paris poursuit sa consolidation dans l’attente de l’intervention du président de la BCE. Carrefour accuse la plus forte baisse du Cac 40 après ses résultats. Lagardère se hisse en tête du SRD.

 

La Bourse de Paris poursuit son mouvement de consolidation, dans un marché prudent à quelques heures de la conférence de presse du président de la BCE, Mario Draghi. Aux Etats-Unis, la solidité des chiffres de l’emploi privé en février ont conforté les anticipations, déjà élevées, d’une hausse des taux de la Fed la semaine prochaine.
Au niveau européen, les valeurs bancaires résistent, tandis que le Stoxx 600 des ressources de base accuse la plus forte baisse sectorielle (-1,91%), plombé par une inflation deux fois moins forte que prévu en Chine à 0,8% sur un an en février, après 2,5% en janvier. Akzo Nobel signe la meilleure performance du Stoxx 600 après le rejet de l’offre de rachat de l’américain PPG Industries pour 22 milliards de dollars, jugée insuffisante.

A 10h25, le Cac 40 cède 0,08% à 4.956,75 points dans un volume d’affaires de 465 millions d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,42% et le Dax de la Bourse de Francfort 0,11%.

La BCE prudente à l’approche des élections en Europe

La Banque centrale européenne dévoilera sa décision monétaire à 13h45, Mario Draghi tiendra sa traditionnelle conférence de presse à partir de 14h30. Les observateurs n’attendent pas de changement en matière de taux d’intérêt, la récente poussée de l’inflation à 2% sur un an étant essentiellement imputable aux prix de l’énergie. Ils estiment que la banque centrale devrait faire preuve de la plus grande prudence à l’approche d’élections à haut risque aux Pays-Bas et en France.

En conséquence, la question du « tapering » ne devrait pas être discutée. Cité par Commerzbank dans sa note du jour, Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires chez AllianzGI, estime qu’ « une communication sur la sortie de l’assouplissement quantitatif (QE) serait aujourd’hui prématurée et non sans danger, car la réaction brutale du marché qu’une telle anticipation pourrait provoquer irait à l’opposé du but recherché par la BCE. Et d’ajouter que, « dans ce contexte, nous n’envisageons pas une telle annonce avant l’automne 2017 ». Le marché surveillera par ailleurs les nouvelles projections de la BCE concernant la croissance et l’inflation.

Timide remontée du Brent après son plongeon de la veille

Sur le front des matières premières, le baril de Brent de la mer du Nord reprend quelques fractions à 53,39 dollars après avoir chuté de 5,3% la veille en réaction à l’augmentation des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis, au niveau record de 8,5 millions de barils. Les traders guettent du coin de l’œil le respect par l’Opep et certains pays extérieurs au cartel de l’accord de réduction d’environ 1,8 million de barils par jour décidée en fin d’année dernière.

Carrefour et Vivendi font le grand écart, Lagardère plébiscité

Carrefour accuse la plus forte baisse du Cac 40 après des résultats 2016 plombés par ses contre-performances en France où les hypermarchés sont restés à la traîne. Pour 2017, le distributeur vise une croissance organique de ses ventes comprise entre 3% et 5% et des investissements en légère baisse. Il confirme en outre son projet de cotation de ses actifs au Brésil et de sa filiale immobilière Carmila cette année, si les conditions de marché le permettent.

Altran est pénalisé par des résultats 2016 inférieurs aux attentes. Le groupe de conseil en ingénierie réaffirme néanmoins viser « une nouvelle année de croissance rentable » en 2017 après avoir enregistré l’an dernier une croissance organique de 5,9% à 2,12 milliards d’euros.
Lagardère s’installe en tête du SRD. Le groupe d’édition a enregistré une progression de 13,5% de son résultat opérationnel en 2016 mais s’attend pour cette année à une progression plus limitée, de 5% à 8% à changes et périmètre constants. Barclays a par ailleurs relevé le titre de « sous-pondérer » à « pondération en ligne ».
Parmi les autres notes d’analystes, JPMorgan a relevé CNP Assurances de « sous-pondérer » à « neutre ». Exane BNP Paribas est passé de « neutre » à « surperformance » sur Vivendi. Barclays a entamé la couverture d’Essilor à « surpondérer » pour viser 130 euros.

 

euros.

 


/investir.lesechos

Aller en haut