Accueil / Développement / Le Canada se retire de General Motors, six ans après son sauvetage

Le Canada se retire de General Motors, six ans après son sauvetage

Le Canada se retire de General Motors, six ans après son sauvetage

La transaction avec Goldman Sachs sera finalisée le 10 avril pour un montant estimé à 2,5 milliards de d’euros. Le Canada avait consacré plus 10 milliards de dollars canadiens (environ 8 milliards d’euros) pour acquérir 12% du constructeur américain dans le cadre de son sauvetage, piloté par l’État fédéral américain, en 2009.

Le Canada ne fait désormais plus partie des actionnaires de General Motors. Le gouvernement canadien a vendu à Goldman Sachs le solde de sa participation au capital du constructeur américain, près de 73,4 millions d’actions soit 4,5% du capital, pour un montant estimé de 2,7 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros), a annoncé lundi 6 avril l’entité chargée des investissements du gouvernement du pays.

Canada GEN Investment Corp a précisé que la transaction sera finalisée le 10 avril, sans en préciser ni le prix ni la valeur. Au cours de clôture de lundi 6 avril, l’opération représente près de 2,7 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros).

Pour le gouvernement canadien, les 2,7 milliards de dollars pourraient faciliter le retour à l’équilibre des finances publiques dans le cadre du prochain budget qui sera présenté le 21 avril. Ceci permettrait de pallier le manque de recettes fiscales en raison de la chute des prix du pétrole dont le Canada est un important producteur, à quelques mois des élections législatives.

Un coûteux sauvetage pour Washington

La cession de titres General Motors par le Canada intervient deux mois après que la province canadiennne a cédé le solde de sa participation dans le constructeur pour 1,1 milliard de dollars canadiens (806 millions d’euros).

Le Canada et la province de l’Ontario, où plusieurs usines d’assemblage automobiles sont installées, avaient consacré plus 10 milliards de dollars canadiens pour acquérir 12% du constructeur américain dans le cadre de son sauvetage, piloté par l’État fédéral américain, en 2009.

Le Trésor américain avait vendu fin 2013 le solde de sa participation dans GM. Le sauvetage du constructeur s’est soldé par une perte de 11,2 milliards de dollars pour Washington, qui y avait consacré quelque 50 milliards.

AFP avec Reutres/latribune.fr

Aller en haut