Accueil / International / Le chinois Bank of Communications inaugure une succursale à Paris

Le chinois Bank of Communications inaugure une succursale à Paris

Le chinois Bank of Communications inaugure une succursale à Paris

La cinquième banque chinoise ouvre une succursale à Paris, après Londres, Francfort et Luxembourg.
L’établissement, dont la Chine est le premier actionnaire, s’est lancé dans une stratégie d’internationalisation.

La nouvelle tombe bien à l’heure du Brexit. Alors que les grandes places financières européennes se sont lancées dans un concours de beauté , Paris accueille en grande pompe un nouveau géant bancaire chinois. Bank of Communications (BoCom) a inauguré mardi sa succursale parisienne dans un grand hôtel de la capitale, sous les lambris d’une salle de bal Second Empire, en présence d’officiels chinois et de la région Ile-de-France. En pratique, cette grande institution basée à Shanghai a déjà ouvert depuis quelques semaines ce bureau parisien – pour l’heure d’une dizaine de personnes – stratégiquement situé sur les Champs-Elysées. L’arrivée de BoCom couronne un travail de longue haleine pour la place de Paris. « Les premiers contacts ont été pris voilà six ans au travers de notre bureau de Shanghai, explique Christophe Decloux, directeur du marketing international et la prospection à Paris Région Entreprises, mais le travail s’est surtout intensifié ces dix-huit derniers mois », une fois la décision validée.

Une opportunité pour l’Ile-de-France

Le nom de Bank of Communications est peu connu du grand public en France, mais il s’agit de la cinquième banque commerciale chinoise par les actifs, avec un bilan légèrement supérieur à 1.000 milliards de dollars, ce qui en ferait le 22e établissement mondial. Créé en 1908, le groupe prend alors position dans le secteur ferroviaire. Détenue à 26,53 % par l’Etat chinois, la banque est pour partie cotée et accueille également HSBC (18,7 % des titres) à son tour de table depuis 2004.

A la manière des autres grands établissements financiers chinois présents en France – ils sont désormais cinq -, son rôle est d’aider ses grands clients désireux d’investir plus largement à l’international, mais aussi d’accompagner les clients français souhaitant accéder à la Chine. Les implantations à l’étranger de banques chinoises ces dernières années témoignent de ce mouvement, de même que la volonté des autorités chinoises d’internationaliser le renminbi (RMB) . En Europe, BoCom est ainsi déjà présent à Londres, à Francfort, à Luxembourg et désormais à Paris (en réalité succursale du Luxembourg, filiale du groupe chinois). Du côté francilien, l’arrivée via la banque d’investisseurs est aussi vue comme une opportunité. « Cela nous permettra à notre tour d’identifier de nouveaux acteurs chinois que nous pourrions accompagner pour une installation en France », explique Christophe Decloux,

lesechos

Aller en haut