jeudi 26 novembre 2020
Accueil / Développement / Le choix décisif de l’Afrique

Le choix décisif de l’Afrique

Le choix décisif de l’Afrique

L’Afrique étant secouée par de multiples crises cette année, les gouvernements de la région devront orienter leurs réponses politiques non seulement vers la reprise à court terme, mais aussi vers la durabilité et la résilience à long terme. L’Afrique ne peut tout simplement pas se permettre d’investir davantage dans l’économie sale, inefficace et fragile du passé.

CAP TOWN – Le Fonds monétaire international prédit que le COVID-19 pourrait faire reculer l’Afrique subsaharienne d’une décennie en termes de PIB par habitant, ce qui signifie qu’il sera essentiel d’organiser une forte reprise après la crise. Mais les dirigeants africains doivent choisir judicieusement parmi les options politiques disponibles. Si les investissements réalisés aujourd’hui ne font que préparer le terrain pour de futures crises environnementales et économiques, la région se retrouvera là où elle a commencé. De toute évidence, tout plan de relèvement post-pandémique viable doit également être un plan climatique. Mais, pour traduire ces plans en actions, nous aurons besoin d’une coopération renouvelée et d’un sentiment d’urgence partagé entre tous les pays.

L’Afrique est arrivée à un moment critique. La manière dont les pays de la région réagissent à la crise d’aujourd’hui déterminera s’ils pourront résister à la prochaine. Plutôt que de s’enfermer dans les économies sales et inefficaces du passé, les gouvernements doivent commencer à concevoir des plans pour «reconstruire en mieux». En Afrique, nous pouvons garantir un avenir dans lequel nos enfants respirent librement, nos hôpitaux disposent d’une électricité propre et fiable, nos agriculteurs prospèrent et nos économies sont compétitives à l’échelle mondiale. Mais beaucoup dépendra des décisions que nous prendrons maintenant et dans les mois à venir.

Le secteur énergétique africain est au centre de ce calcul stratégique. Une énergie propre et moderne pourrait alimenter la croissance économique de la région et accélérer l’expansion de l’électricité dans les zones rurales, car les énergies renouvelables sont déjà devenues compétitives par rapport aux combustibles fossiles. Au cours de la dernière décennie, le coût du solaire photovoltaïque et de l’éolien terrestre a baissé respectivement de 81% et 46%. Dans le contexte africain, l’énergie issue de nouvelles installations renouvelables est déjà moins chère que l’énergie issue du charbon. Et le passage aux énergies renouvelables permettrait aux pays africains qui dépendent actuellement des combustibles fossiles importés de parvenir à une plus grande indépendance énergétique.

Les énergies renouvelables sont déjà la source d’emplois qui connaît la croissance la plus rapide dans plusieurs pays africains. Une installation solaire concentrée récemment construite au Maroc a créé plus de 1600 emplois par an pendant la construction, et devrait maintenant maintenir quelque 200 emplois au cours de ses 25 premières années d’exploitation – sans parler des centaines d’emplois supplémentaires qui seront soutenus indirectement. Les formes d’énergie renouvelable hors réseau peuvent également renforcer la santé publique. Au Kenya, où seulement 19% des établissements de santé disposent d’une électricité fiable, les cliniques rurales améliorent leur capacité en installant des panneaux solaires. Investir davantage dans de telles solutions pratiques sera payant à la fois au milieu de la crise du COVID-19 et pour les décennies à venir.

En revanche, des investissements énergétiques mal orientés pourraient déstabiliser davantage les économies de la région et exacerber les problèmes de santé publique. Dans le monde, 42% des centrales électriques au charbon perdent de l’argent, et l’effondrement des prix du pétrole cette année a souligné le danger de dépendre des revenus des combustibles fossiles pour stimuler la croissance économique. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les pays exportateurs de pétrole pourraient perdre jusqu’à 65 milliards de dollars de revenus cette année. L’utilisation de combustibles fossiles pose également des problèmes de santé, notamment en raison de la pollution de l’air, qui a augmenté de 36% en Afrique depuis 1990. Selon une étude de 2013, la pollution de l’air a tué environ 250 000 personnes sur le continent cette seule année. Et des recherches plus récentes suggèrent que la mauvaise qualité de l’air rend les gens plus vulnérables aux infections respiratoires telles que le COVID-19.

La santé publique, environnementale et économique sont donc des problèmes croisés, ce qui signifie que les pays africains devront renforcer la résilience dans tous les secteurs – pas seulement dans l’énergie. Dans la plupart des cas, cela peut être fait en travaillant avec la nature et en investissant dans des infrastructures vertes. Par exemple, la restauration de paysages dégradés peut soutenir les écosystèmes, améliorer les moyens d’existence ruraux et renforcer la sécurité alimentaire, ce qui est devenu une préoccupation urgente maintenant que les agriculteurs africains supportent le triple fardeau du COVID-19, des épidémies de criquets et du changement climatique.

Des investissements visant à améliorer la santé des paysages ruraux jetteraient les bases pour faire face à tous ces risques convergents. Selon certaines estimations, chaque dollar investi dans la restauration des terres peut fournir jusqu’à 30 dollars de bénéfices. À l’échelle mondiale, le développement de systèmes d’alimentation et d’utilisation des terres durables représente une opportunité commerciale d’une valeur allant jusqu’à 2 3OO milliards de dollars et pourrait créer 70 millions d’emplois d’ici 2030. Reconnaissant ce potentiel, les agriculteurs nigériens ont restauré environ cinq millions d’hectares de terres depuis le début des années 1990. Mais imaginez simplement ce que l’investissement dans des solutions vertes à une échelle beaucoup plus grande pourrait faire pour l’Afrique, où tant de jeunes des zones rurales peinent à trouver des opportunités.

Pendant ce temps, la suppression des subventions aux combustibles fossiles – source de plus de 400 milliards de dollars de déchets chaque année – permettrait aux gouvernements nationaux d’Afrique et d’ailleurs de libérer des ressources publiques pour lutter contre la pandémie et investir dans une reprise verte. Et avec des prix du pétrole si bas, les risques politiques habituels de le faire sont minimes. Saisissant l’opportunité, le Nigeria a récemment annoncé qu’il mettrait fin à sa coûteuse subvention à l’essence; et un certain nombre d’autres pays producteurs de combustibles fossiles cherchent à diversifier leurs économies afin d’éviter la dépendance aux hydrocarbures. En tant que politique complémentaire, les programmes de tarification du carbone pourraient générer encore plus de revenus. Quelque 79 pays ou administrations infranationales ont déjà, ou auront bientôt, des systèmes de tarification du carbone. Couvrant plus de 20% des émissions mondiales, ces programmes ont généré 45 milliards de dollars de revenus rien qu’en 2019. Un prix du carbone n’a pas besoin d’être régressif. En Afrique du Sud et dans un nombre croissant d’autres pays, le système est conçu explicitement pour profiter aux pauvres.

Certes, les stratégies de relance verte nécessitent un investissement initial, ce qui pose la question du financement d’acomptes importants et de dépenses en capital. Alors que plus de 10 000 milliards de dollars sont dépensés pour atténuer le coup du COVID-19, la majeure partie de ce montant a été confinée aux principales économies du monde. Pourtant, lorsqu’il s’agit de parvenir à un rétablissement complet et durable, tous nos destins sont liés. Les économies avancées doivent reconnaître qu’il est dans leur propre intérêt de faire preuve de solidarité avec l’Afrique.

Si le G20 a accepté de suspendre le remboursement de la dette des pays en développement jusqu’à la fin de l’année, cela ne suffira pas. Les pays africains auront besoin d’au moins deux ans de répit pour faire face aux effets durables de la pandémie. Les organisations multilatérales devraient explorer d’autres formes de soutien, telles qu’un fonds de protection sociale pour le monde en développement.

A propos de l’auteur

Carlos Lopes, professeur à la Mandela School of Public Governance de l’Université du Cap, est membre de la Commission mondiale sur l’économie et le climat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut