Accueil / Développement / Le FMI s’alarme d’une chute de productivité mondiale

Le FMI s’alarme d’une chute de productivité mondiale

Le FMI s’alarme d’une chute de productivité mondiale

Les outils de mesure actuels sont-ils en mesure de cerner l’impact d’Internet sur l’économie ?

Le FMI s’alarme de la chute de la productivité partout dans le monde. Et c’est très inquiétant, nous dit Christine Lagarde (la Directrice Générale du FMI)

Axel, pourquoi, est-ce inquiétant ? Quel est l’enjeu ?

 

L’enjeu, c’est la croissance économique du monde, la capacité a créer plus de richesse. Car cette croissance est alimentée par la productivité.

C’est quoi la “productivité” ?

La productivité, c’est cette capacité – depuis que l’homme est homme – qui consiste à fabrique toujours plus, avec moins de moyen.  C’est très concret. Par exemple, Dans l’Usine Téfal, du groupe Seb, à Rumilly, en haute savoir. depuis 1982, la productivité a été multipliée par 32. C’est à dire qu’avec le même nombre de salariés, on produit aujourd’hui 32 fois plus de poêle Téfal qu’en 1982.  C’est ce mouvement, très puissant, qui serait en train de s’arrêter.

Comment ça s’explique ?

 

Le FMI donne plusieurs explications : le vieillissement de la population mondiale. Une population qui vieillit, c’est une population qui se repose, qui ose moins.

La tendance au protectionnisme. les innovations circulent moins, et puis les conséquences de la crise de 2008 qui a fragilisé nos entreprises, qui innovent moins.

 

Mais, c’est curieux. On n’arrête pas de nous parler des progrès extraordinaires de la robotique, de la révolution Internet. Ce serait surestimé ?

C’est très intéressant. Oui, il y en a qui disent que la Révolution Internet est surestimée, qu’elle est beaucoup moins puissante que les précédentes révolutions ; la machine à vapeur, l’électricité, l’eau courante.

Mais, il y a une autre théorie, plus rassurante, c’est qu’en fait, les outils actuels pour mesurer la croissance, n’arrivent pas à intégrer les bienfaits d’Internet.

Exemple; aujourd’hui la musique est gratuite. Avant fallait acheter des CD. C’est très bien, mais ce service gratuit, créé zéro PIB

Autre Exemple. Aujourd’hui, vous pouvez acheter un billet de train en 2 minutes, dans votre salon. Quel confort (Avant, il fallait se déplacer à la gare).

Mais tous ces services, sont gratuits. Ils n’apparaissent donc pas dans les statistiques économiques, qui sont donc, incapables de mesurer le confort, le bien être supplémentaire qu’apporte Internet. (C’est pour ça que les économistes cherchent de nouveaux outils – autre que le PIB – pour mesurer le bien-être économique d’un pays).

Axel DE TARLÉ
europe1.fr

Aller en haut