dimanche 05 juillet 2020
Accueil / Finances / Le G7 s’engage à suspendre provisoirement la dette des pays les plus pauvres

Le G7 s’engage à suspendre provisoirement la dette des pays les plus pauvres

Le G7 s’engage à suspendre provisoirement la dette des pays les plus pauvres

Les ministres des Finances du G7 se sont engagés à suspendre les paiements des dettes des pays les plus pauvres au moins jusqu’à la fin de l’année. Afin de les aider à faire face à la crise liée à la pandémie du coronavirus.

Il s’agit de suspendre jusqu’à la fin de 2020 voir plus, les paiements officiels de la dette bilatérale des pays les plus pauvres envers les membres du G7. L’objectif est de soulager ces pays afin qu’ils financent les mesures sociales et sanitaires pour faire face à la pandémie.

« Nous continuons de travailler ensemble pour faire avancer la réponse économique internationale à la pandémie de Covid-19, en mettant l’accent sur les pays les plus pauvres et les plus vulnérables », a indiqué le G7, composé de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni. La crise « a exacerbé les vulnérabilités existantes concernant la dette dans de nombreux pays à faible revenu, soulignant l’importance de la viabilité de la dette et de la transparence pour le financement à long terme du développement », souligne encore le communiqué.

Cette initiative n’est rien d’autre que la confirmation de l’engagement que les pays membres du G7 avaient déjà pris dans le cadre du G20. Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 s’étaient mis d’accord mi avril pour suspendre pendant un an le remboursement de la dette des pays les plus pauvres.

Ce moratoire doit permettre de dégager environ 20 milliards de dollars mais ne règle pas le problème de l’endettement massif. La dette du continent africain par exemple est estimée à 365 milliards de dollars, dont environ un tiers est dû à la Chine. Un fardeau très lourd à supporter pour certains pays très pauvres qui réclament l’annulation pure et simple de leur dette.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut