Accueil / Mines & Energies / Le gaz de schiste américain vient concurrencer le gaz naturel algérien sur le marché…

Le gaz de schiste américain vient concurrencer le gaz naturel algérien sur le marché…

Le gaz de schiste américain vient concurrencer le gaz naturel algérien sur le marché…

Le gaz de schiste américain vient concurrencer le gaz naturel algérien sur le marché européen

Alors que l’Algérie vient de connaître une hausse de ses exportations de gaz en direction de l’Union européenne, l’avenir s’assombrit pour le plus important producteur africain de gaz naturel sur le marché européen.

En effet, l’arrivée du gaz de schiste américain risque de mettre à mal le projet d’expansion du gaz algérien. Selon des informations relayées par l’agence américaine Bloomberg, une cargaison de gaz de schiste en provenance des USA devrait être livrée prochainement à la compagnie portugaise Galp Energia. Une nouvelle pas forcément bien accueillie par l’Algérie dont le Portugal est l’un des clients européens.

L’expansion du gaz de schiste en provenance des USA couvre désormais le Brésil, l’Argentine, et le continent asiatique. On a d’ailleurs appris que la société texane Cheniere Energy a signé des contrats à long terme avec plusieurs compagnies européennes, notamment la britannique BG Group et l’espagnole Gas Natural, qui avait, en avril, doublé ses importations de gaz en provenance d’Algérie par rapport à mars 2016.

Selon des analystes, les livraisons de gaz américain vont attiser sur le vieux continent une concurrence déjà fortement installée, risquant de faire chuter les prix sur un marché, dominé depuis longtemps par la Russie qui y détient 39% de parts de marchés, suivie de la Norvège avec 30% et de l’Algérie avec 13%.

Cette situation pourrait déclencher une dégringolade des prix du gaz naturel qui aiderait à faire face à la concurrence américaine. Comme l’indique El Watan, « dans un contexte de faible utilisation des capacités d’exportation de GNL vers l’Italie et l’Espagne, l’Algérie pourrait craindre le pire, si le GNL en provenance des États-Unis arrive à arracher des parts de marché importantes en Europe, où les Russes, qui connaissent un excédent de production de 100 milliards de mètres cubes de gaz, sont également en train de défendre leurs parts de marché ».

L’Algérie devrait donc être contrainte d’intensifier ses volumes de production afin de maximiser ses revenus d’exportation et maintenir sa clientèle sans se soucier outre mesure des prix de vente. Selon nombre d’observateurs, une politique des prix plus rationnelle et le développement de sources alternatives d’énergie pour les besoins du marché national permettraient d’alléger la pression de la demande de gaz et, partant, d’honorer les engagements internationaux.

Le pays a lancé un plan pour attirer les investisseurs afin de développer plus de concessions gazières. Il y a quelques mois, Amine Mazouzi, le directeur général de la Sonatrach, société nationale en charge des hydrocarbures, a annoncé le démarrage d’une campagne visant à attirer des investissements sur plus de 20 concessions.

A noter que le gaz de schiste, moins cher que le gaz naturel, est toutefois plus polluant.

agenceecofin.com

Aller en haut