jeudi 21 janvier 2021
Accueil / Mines & Energies / Le géant des diamants De Beers vise la neutralité carbone sur ses opérations, d’ici 2030

Le géant des diamants De Beers vise la neutralité carbone sur ses opérations, d’ici 2030

Le géant des diamants De Beers vise la neutralité carbone sur ses opérations, d’ici 2030

Dans le cadre de son projet « Building Forever », De Beers veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre via l’investissement dans les énergies renouvelables et plus d’efficacité dans ses activités minières. Cela contribuera à son objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030.

Le groupe De Beers, actif notamment dans l’exploitation de diamants en Afrique australe, a annoncé le 30 novembre son intention d’atteindre la neutralité carbone sur toutes ces opérations, d’ici 2030.

Cet objectif s’inscrit apprend-on, dans un plus vaste programme en douze points intitulé « Building Forever » et qui vise entre autres à améliorer les pratiques éthiques et environnementales de la filiale du britannique Anglo American sur cette décennie.

Pour y arriver, la compagnie compte sur l’utilisation de FutureSmart MiningTM, la technologie de mine intelligente qui va améliorer significativement l’efficacité de ses activités, réduisant ainsi l’empreinte carbone. Par ailleurs, les sources d’énergies fossiles seront progressivement remplacées par la mise en place de centrales solaires et éoliennes. A cela s’ajoute le développement en cours d’une solution révolutionnaire pour capter les émissions restantes.

Toujours au niveau écologique, notons que De Beers veut aussi réduire de 50% son empreinte sur l’eau et œuvrer davantage à la conservation de la biodiversité et la protection des espèces animales vulnérables sur le continent. Sur le plan de l’égalité des genres, le groupe soutiendra 10 000 femmes entrepreneurs en Namibie, au Botswana et en Afrique du Sud, et envisage d’atteindre la parité au niveau de ses employés, d’ici la fin de la décennie.

Pour rappel, De Beers constitue l’un des deux géants mondiaux du diamant, avec le russe Alrosa. Il est en partenariat avec le Botswana et la Namibie pour l’’exploitation des pierres précieuses, mais possède aussi des actifs en Afrique du Sud.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut