Accueil / Auto & Transports / Le géant indien Tata investit près de 100 millions de dollars dans Uber

Le géant indien Tata investit près de 100 millions de dollars dans Uber

Le géant indien Tata investit près de 100 millions de dollars dans Uber

La société de VTC est active dans 18 villes en Inde, où elle dispose de 150.000 chauffeurs.

Le géant industriel indien Tata s’intéresse de très près à Uber, à tel point que sa branche automobile, Tata Motors, a décidé d’investir la somme « significative » de 75 à 100 millions de dollars (90 millions d’euros) dans la société californienne de réservation de véhicule avec chauffeur. L’investissement se fera par le biais du Tata Opportunities Fund (TOF) qui gère les placements du conglomérat indien dans les entreprises privées. C’est la première fois que TOF investit dans une entreprise dont le siège n’est pas en Inde, faisant par ailleurs de Tata le plus important partenaire d’Uber dans le pays.

La société de VTC est active dans 18 villes en Inde, qui forme, avec la Chine, le centre des ambitions de croissance de la start-up. En Inde, où elle conquiert 35 % de part de marché et dispose de 150.000 chauffeurs, Uber projette d’ investir un milliard de dollars (913 millions d’euros) au cours des neuf prochains mois, afin de contrer l’essor de son concurrent local Ola, présent dans 65 villes. Amit Jain, président d’Uber Inde, soulignait en juillet dernier que l’entreprise enregistrait une croissance de 40 % d’un mois sur l’autre en Inde, sur son plus gros marché après les Etats-Unis.

Un million de trajets quotidiens

Malgré les controverses qu’elle suscite et les interdictions prononcées à son encontre (notamment à New Dehli où sa licence a été retirée pendant plusieurs mois suite au viol présumé d’une passagère par l’un des chauffeurs d’Uber), la start-up ambitionne donc d’atteindre le million de trajets quotidiens dans les six à neuf prochains mois. Uber doit pour cela se doter d’un nouveau siège, le plus important après celui des Etats-Unis, et qu’elle a choisi d’installer à Hyderabad, dans l’état du Telangana (au sud du pays). Hyderabad, véritable hub technologique du pays, accueille déjà des bureaux de multinationales comme Amazon ou Microsoft. Environ 2.000 chauffeurs y seront formés d’ici à la fin 2016.

La valorisation d’Uber , qui n’est pas cotée en Bourse, atteindrait 51 milliards de dollars après un dernier tour de table en juillet, qui lui aurait rapporté environ un milliard de dollars, selon le « Wall Street Journal » qui indiquait que parmi les investisseurs figuraient le groupe informatique Microsoft et le bras armé du groupe de médias indien Bennett Coleman & Co. Elle dépasse le chinois Xiaomi, star des smartphones, valorisé à 45 milliards de dollars.

lesechos.fr

Aller en haut