Accueil / Mines & Energies / Le géant minier Glencore rebondit sur le Johannesburg Stock Exchange…

Le géant minier Glencore rebondit sur le Johannesburg Stock Exchange…

Le géant minier Glencore rebondit sur le Johannesburg Stock Exchange…

Le géant minier Glencore rebondit sur le Johannesburg Stock Exchange, après la chute vertigineuse de lundi

Glencore s’est repris de 3,31% ce mardi 29 septembre 2015 sur le Johannesburg Stock Exchange, après avoir plongé de près de 28% la veille. Un repli intervenu à la suite d’une analyse pessimiste (même si l’effet direct n’est pas démontré) de la banque d’investissement Investec, sur l’endettement des sociétés actives dans le secteur des matières premières.

Dans sa note aux investisseurs, cette dernière faisait savoir que les sociétés actives dans les matières premières et qui sont très endettées, comme Glencore, présentent un profil de risque élevé, dans le contexte actuel de baisse continue des prix des matières premières. L’onde de choc de cette annonce s’est propagée à d’autres marchés, et à Hong Kong où la bourse ouvre plus tôt, le titre a plongé de 27% mardi 29 septembre 2015, dans un marché où désormais, la moindre mauvaise nouvelle fait trembler les investisseurs.

Les choses semblent se calmer cependant, à mesure que les investisseurs tirent les premières conséquences de la situation. Le titre Glencore était en hausse mardi de 5,7% sur le London Stock Exchange, mais avec un faible volume des échanges. L’entreprise a pourtant annoncé des mesures visant à contenir sa colossale dette (près de 30 milliards $) et la réduire du tiers.

Un aspect de ces mesures de sauvegarde est l’augmentation du capital social d’un montant de 2,5 milliards $, à travers l’émission de nouvelles actions. Aussi, la distribution des dividendes à partir de ceux de 2015 est suspendue jusqu’à nouvel ordre et permet d’effectuer une économie de 2,4 milliards $. Le groupe a aussi prévu de réduire certaines dépenses d’investissement.

L’évolution de la situation fera sûrement l’objet d’une grande attention au sein de plusieurs pays africains, notamment en Zambie et en Afrique du sud, où le groupe suisse a annoncé d’importantes réductions d’effectifs sur des sites de production jugés non rentables. Dans les deux cas, les gouvernements de ces pays ont invité Glencore, comme d’autres, à entrevoir des alternatives à des suppressions d’emploi.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut