Accueil / Mines & Energies / Le gouvernement béninois négocie avec Paras Energy sur l’installation et l’exploitation d’une centrale électrique

Le gouvernement béninois négocie avec Paras Energy sur l’installation et l’exploitation d’une centrale électrique

Le gouvernement béninois négocie avec Paras Energy sur l’installation et l’exploitation d’une centrale électrique

Le gouvernement béninois envisage d’entamer des négociations avec la société nigériane Paras Energy pour l’installation et l’exploitation d’une centrale électrique dual-fuel de 150 mégawatts, annonce un communiqué gouvernemental.

Selon ce communiqué parvenu mardi à Xinhua dans la capitale économique béninoise, le Haut conseil interétatique de la communauté électrique du Bénin (CEB) a autorisé le Bénin à solliciter d’autres fournisseurs d’énergie électrique en vue d’augmenter sa capacité d’approvisionnement en énergie électrique.

“Dans ce cadre, le gouvernement a lancé le processus de négociation et de signature auprès de la société PARAS ENERGY du Nigeria, qui se propose de construire et d’exploiter au Bénin une centrale électrique dual-fuel de 15O MW dans le cadre d’une convention de concession de type BOOT avec le gouvernement du Bénin pour une durée de 15 ans”, indique la même source.

La non maîtrise de l’énergie électrique a constitué un grand handicap pour les gouvernements béninois successifs qui, depuis les indépendances, n’ont pas pu développer à l’intérieur du pays de grands projets d’investissements dans ce secteur.

A cet effet, depuis ces dix dernières années, le secteur de l’énergie électrique au Bénin a enregistré de façon cyclique des crises plus au moins importantes.

Ces crises ne sont plus des événements saisonniers ni épisodiques, vu leur durée, leur fréquence et leur généralisation sur toute l’étendue du territoire. Elles sont dues essentiellement à des pénuries chroniques d’énergie électrique, se traduisant par des coupures régulières du courant électrique connues désormais sous le vocable de “délestages”, lesquels affectent gravement toutes les activités socio-économiques du pays.

COTONOU, 14 février (Xinhua)

Aller en haut