lundi 22 juillet 2019
Accueil / International / Le gouvernement va taxer les billets d’avion pour financer le train et la route

Le gouvernement va taxer les billets d’avion pour financer le train et la route

Le gouvernement va taxer les billets d’avion pour financer le train et la route
La ministre des Transports Elisabeth Borne annonce une « écotaxe » de 1,50 à 18 euros sur les billets d’avion pour tous les vols au départ de la France, sauf vers la Corse et l’Outre Mer. Cette mesure doit rapporter 180 millions d’euros par an.

Les compagnies aériennes vont devoir passer à la caisse pour financer la future loi d’orientation sur les mobilités. (LOM). La ministre des Transports Elisabeth Borne a annoncé mardi la mise en place dès 2020 d’une « écotaxe » de 1,50 à 18 euros sur les billets d’avion pour tous les vols au départ de la France.

Le prix à payer sera de 1,50 euro en classe économique sur les vols intérieurs et intra-européens (9 euros pour la classe affaires), et de 3 euros pour les vols en classe économique hors Union européenne (18 euros pour la classe affaires). Seuls les vols vers la Corse, vers l’Outre Mer et les vols en correspondance seront exemptés. Cette écotaxe ne s’appliquera qu’aux vols partant de France et non à ceux arrivant, a précisé la ministre.

180 millions de recettes par an

Cette mesure a été décidée mardi lors du deuxième Conseil de défense écologique, présidé par Emmanuel Macron. Elle sera intégrée au projet de loi de finances 2020 et s’appliquera à toutes les compagnies aériennes. Cette nouvelle taxe devrait rapporter 182 millions d’euros à partir 2020. Ils seront consacrés à des investissements pour des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire, selon Elisabeth Borne.

Le gouvernement est en passe de boucler l’examen du projet de loi d’orientations des mobilités (LOM), mais il manquait 570 millions par an pour financer les mesures annoncées, en particulier la rénovation de certaines routes ou lignes de chemin de fer. L’écotaxe annoncée ce mardi est une partie de la réponse.

Lionel Steinmann

lesechos

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut