Accueil / Finances / Le groupe Saham entre “par effraction” dans le groupe Sunu Finances

Le groupe Saham entre “par effraction” dans le groupe Sunu Finances

Le groupe Saham entre “par effraction” dans le groupe Sunu Finances

Le Groupe SAHAM a en effet choisi de s’introduire “par effraction” dans le Groupe SUNU sans l’accord préalable de la majorité des actionnaires de ce dernier.

Selon un communiqué publié par le groupe fondé par Pathé Dione, les responsables de la compagnie d’assurance marocaine sont passés par le biais de Mamadou Talata Doula, ancien collaborateur et actionnaire minoritaire pour réaliser à ce qui s’apparente comme une intrusion.

Mamadou TALATA DOULA a exercé des fonctions au sein des filiales du Groupe SUNU au Niger jusqu’en 2011, date à laquelle il a fait prévaloir ses droits à la retraite. Il a aussitôt été recruté par SAHAM Assurances qui l’a nommé Directeur Général de sa filiale nouvellement créée au Niger en 2013.

Mamadou TALATA DOULA détenait une participation historique de 4.3% dans le Groupe SUNU. Après avoir demandé à plusieurs reprises au Conseil d’Administration de SUNU Finances l’autorisation de céder sa participation, autorisation qui lui a été donnée et qui fut même l’objet d’un projet de cession, il changea d’avis à la dernière minute pour décider finalement, le 08 mars 2016, avec l’accord du Conseil d’Administration de SUNU Finances, de loger ses actions dans une société holding qu’il a reprise à l’Ile Maurice :First Engineering Management Consultants Ltd(FEMC).

Grande fut la surprise des actionnaires du Groupe SUNU de recevoir le 06 juin 2017 un mail les informant que M. Mamadou TALATA DOULA avait transféré la totalité des actions (2 actions de 10 US Dollars chacune) qu’il détient dans FEMC (société écran) à SAHAM Finances, société de tête du Groupe SAHAM.

Il est bien évident, précise le Groupe Sunu dans son communiqué “qu’un tel procédé n’a pu se réaliser sans l’aval de M. Moulay HAFID ELALAMY. Ses collaborateurs seuls n’auraient pas osé prendre une pareille initiative qui ne s’inscrit pas dans l’esprit de coopération et de partenariat respectueux que Sa Majesté Mohamed VI a défini entre les entreprises marocaines et celles du Sud du Sahara”.

Les actionnaires du Groupe SUNU entendent préciser qu’il s’agit là d’une mauvaise manière et ce à deux égards : tout d’abord les dirigeants de SAHAM ont-ils soudainement oublié que leur filiale COLINA Assurances en Côte d’Ivoire, que SAHAM a reprise, a été fondée et développée par M. DIONE ? “Les dirigeants du Groupe SAHAM ne manquent pourtant jamais de l’en remercier. Il ne faut pas avoir de double langage et le respect ne peut être seulement de façade”, poursuit la note.

En deuxième lieu, les actionnaires du Groupe SUNU, dans leur grande majorité déplorent ces méthodes et entendent ici préciser que le Groupe SAHAM Finances n’est pas le bienvenu dans leur groupe. ” Si l’on choisit de rentrer “par effraction” chez un concurrent, il ne faut pas s’attendre à y être bien accueilli !”.

En effet, SAHAM Assurances, Filiale de SAHAM Finances, est un concurrent direct du Groupe SUNU sur près de 14 marchés africains.

“Dans la conception des dirigeants marocains du Groupe SAHAM Finances, les africains du Sud du Sahara ne sont pas dignes de posséder ou de diriger des groupes dans le secteur privé sans partenariat avec des groupes marocains. C’est cette vision des choses que nous combattons”, poursuit le communiqué.

Et le communiqué signé du Conseil d’Administration de SUNU Finances Holding SAS de finir par ces mots : “Nous disons à M. Moulay HAFID ELALAMY :La « KARAMA» (respect) = OUI !La « HOGRA » (mépris, arrogance) = NON”.

Pour rappel, le Groupe SUNU fêtera l’année prochaine son 20ème anniversaire. Il a été fondé en 1998 par M. Pathé DIONE, ancien Directeur Afrique d’AXA, avec l’accord de M. Claude BEBEAR, alors Président d’AXA.

Le Groupe SUNU est aujourd’hui l’un des leaders dans le secteur de l’assurance (Vie et Non vie) en Afrique Subsaharienne et est désormais présent dans 15 pays africains avec 24 compagnies d’assurance.

financialafrik

Aller en haut