Accueil / Mines & Energies / Le Kenya décidé à construire l’un des plus grands parcs éoliens du continent

Le Kenya décidé à construire l’un des plus grands parcs éoliens du continent

Le Kenya décidé à construire l’un des plus grands parcs éoliens du continent

La compagnie d’électricité kenyane a décidé après plusieurs semaines de réflexion de donner vie à la centrale éolienne du lac Turkana, un projet qui devrait générer à terme environ 20% des besoins électriques du pays.

Situé à environ 550 kilomètres au nord-est de Nairobi, le futur parc éolien du lac Turkana sera doté d’une capacité de 310 MW. Un chiffre qui le placera au coude à coude avec la plus importante centrale éolienne du continent, déjà opérationnelle depuis plusieurs années au Maroc.

Cependant, ce futur parc éolien kenyan ne prévoit de fournir quotidiennement à l’horizon 2016 que 90 MW. Une puissance qui ne cessera toutefois d’augmenter tout au long de la construction du parc. La Kenya Electrcity Generating Company (KenGen) prévoit ainsi d’atteindre la capacité de production maximale durant l’été 2017.

L’implantation de ce futur parc éolien n’a pas été choisie au hasard, en effet la compagnie électrique nationale a décidé de construire la centrale éolienne dans une zone fortement exposée aux vents venus de l’océan indien.

Composée de 365 turbines qui atteindront 68% de leur capacité grâce au jet-stream qui balaie cette région, le futur parc de Turkana compte ainsi éponger les besoins électriques toujours plus croissants du pays. La construction du parc et son entretien auront par ailleurs un impact positif direct sur la région. Dans le comté Marsabit, un des plus pauvres du pays, on se réjouit d’avance de la construction de cette centrale car elle fera baisser significativement le taux de chômage des populations locales.

Le financement du projet, de près de 690 millions de dollars, a été essentiellement monté par la Banque Africaine de Développement. Plusieurs organismes et fonds internationaux ont d’ailleurs souscrit au financement de projet. L’Agence Française de Développement et la Banque Allemande de Développement ont ainsi été les deux plus grands bailleurs de fonds dans l’exécution de ce projet.

agenceafrique.com

Aller en haut