Accueil / Finances / Le Liberia va enfin lancer son marché boursier

Le Liberia va enfin lancer son marché boursier

Le Liberia va enfin lancer son marché boursier

La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf (photo) a soumis au Sénat, deux projets de loi relatifs à la mise en place d’un marché boursier dans ce pays d’Afrique de l’Ouest dont l’économie demeure très dépendante des exportations des matières premières, a rapporté le site d’information AFKinsider, le 29 septembre.

Mme Sirleaf a précisé que l’adoption de la «La Loi sur le marché des valeurs mobilières du Liberia» (The Securities Market Act of Liberia) et de la «Loi nationale sur les valeurs mobilières» (The Central Securities Act of Liberia) doit permettre de créer un cadre juridique et réglementaire complet pour établir un marché boursier.

«Cela conduira au développement du secteur privé et à la promotion de l’esprit d’entrepreneuriat au Liberia et favorisera l’émergence d’une classe moyenne pouvant constituer un socle pour une croissance durable de notre économie», a expliqué la dirigeante. Et d’ajouter : «La mise en place du marché des valeurs mobilières favorisera la consolidation des échanges commerciaux entre le Liberia et d’autres pays et contribuera à attirer davantage d’investissements directs étrangers, ce qui créera de nouvelles opportunités d’emplois et entraînera une amélioration du niveau de vie dans notre pays».

Première nation d’Afrique à avoir obtenu son indépendance en 1847, le Liberia traverse une mauvaise passe, après deux chocs majeurs subis, l’an dernier. L’épidémie d’Ebola et la chute des cours internationaux du minerai de fer et du caoutchouc – deux produits d’exportation qui sont les moteurs traditionnels de la croissance du pays – ont mis à mal la croissance économique, tombée à 0,4 % en 2015.

Le lancement de plusieurs projets d’infrastructures et le démarrage de la production d’or devraient favoriser une reprise de la croissance en 2016, à 2,8 %, selon les estimations de la Banque africaine de développement (BAD). Le retrait de la force de maintien de la paix des Nations Unies a cependant abouti à une réduction de la demande de services et contraint l’État à assumer l’entière responsabilité de la sécurité, y compris sur le plan financier.

agenceecofin.com

Aller en haut