Accueil / Tic & Telecoms / Le marché de la téléphonie mobile et du numérique poursuit son envolée en Côte d’Ivoire

Le marché de la téléphonie mobile et du numérique poursuit son envolée en Côte d’Ivoire

Le marché de la téléphonie mobile et du numérique poursuit son envolée en Côte d’Ivoire
Le nombre des abonnés à la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire a passé la barre des 30 millions de clients à la fin 2017. Le nombre des abonnés Internet a quant à lui dépassé le cap des 17 millions, contre 10 millions d’abonnés enregistrés en début 2017, confirmant ainsi l’évolution du marché des TIC dans le pays.

Le secteur de la téléphonie mobile et du numérique a le vent en poupe en Côte d’Ivoire. Lors de la présentation du bilan de son département ce lundi 26 février 2018, le ministre ivoirien de la Communication, de l’économie numérique et de la poste et par ailleurs, porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné, a indiqué que le nombre des abonnés à la téléphonie mobile a largement progressé au cours de l’année dernière.

«Le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile s’est accru de 6 millions d’abonnés sur la période 2016-2017. A la fin de 2017, le nombre d’abonnés est supérieur à 30 millions. En outre les tarifs appliqués par les opérateurs nous donnent satisfaction du fait des bonus accordés», s’est exprimé Bruno Koné.

Le numérique affiche également la même tendance et joue désormais le rôle de catalyseur de l’ensemble des produits. Le segment Internet enregistre d’ailleurs un nombre total de 17 millions d’abonnés contre 10 millions début 2017, pour un taux de pénétration de 72% contre 30% pour l’ensemble du Continent. Avec ces performances, «la Côte d’Ivoire est 9e sur 46 pays africains et 131e mondial sur 176 pays et occupe le 2e rang derrière le Ghana en Afrique de l’Ouest au niveau de la maturité numérique», a confirmé Bruno Nabagné Koné.

Pour l’accessibilité d’Internet, c’est le rapport Alliance for Affordable Internet qui classe la Côte d’Ivoire 5e n Afrique et 18e dans le monde. Selon les autorités de tutelle, ces performances s’expliqueraient par les réformes entreprises par l’Exécutif ivoirien notamment, «l’exonération et la réduction des taxes sur les équipements informatiques, les tablettes électroniques et les téléphones portables qui ont contribué à une forte augmentation des importations desdits équipements».

La presse écrite victime du numérique

Les avancées notées dans le secteur du numérique ont fini par avoir des incidences directes sur le secteur des médias, notamment sur la presse écrite. «Ce n’est un secret pour personne, la presse va mal en dehors de deux ou trois titres sur 17 quotidiens. C’est la catastrophe ! C’est pourquoi j’ai rencontré tous les acteurs de ce secteur, patrons, directeurs de publication, rédacteurs en chef, associations de presse, syndicat, pour réfléchir ensemble à des solutions», a déclaré Bruno Nabagné Koné.

Par ailleurs, la Télévision numérique terrestre (TNT) devrait être prête avant 2020, selon le ministre de la Communication, alors que «25% de la zone du District d’Abidjan est couverte depuis juin 2015».

La Tribune Afrique

Aller en haut