Accueil / Tic & Telecoms / Le marché des informaticiens : Entretien avec Amine Zniber, Directeur de Supinfo

Le marché des informaticiens : Entretien avec Amine Zniber, Directeur de Supinfo

Le marché des informaticiens : Entretien avec Amine Zniber, Directeur de Supinfo

L’essor des nouvelles technologies contribue à la demande d’informaticiens. Les lauréats doivent maîtriser les dernières technologies utilisées sur le marché.

Pour Amine Zniber, directeur de Supinfo, école internationale d’ingénierie informatique, le marché des informaticiens ne cesse d’évoluer. Il s’est quelque peu stabilisé pour les profils de techniciens et techniciens spécialisés mais le besoin en ingénieurs est encore important.

Le marché des informaticiens s’est calmé après la forte tension qui a prévalu durant les années 2000 avec la bulle Internet. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le marché des informaticiens évolue de la même manière que le secteur de l’informatique. Sachant que la technologie ne cesse d’évoluer, le marché de l’emploi avance au même rythme, il ne peut donc pas stagner très longtemps. Il s’est peut être stabilisé pour les profils de techniciens et techniciens spécialisés mais le besoin en termes d’ingénieurs informaticiens reste encore fortement présent.

L’évolution du secteur de l’informatique et du numérique a été tellement importante durant ces dernières années que nous ne pouvons qu’anticiper de nouvelles évolutions positives.

L’importance de cette tendance est largement perceptible. Le secteur qui ne connaît pas la crise est bien celui-là. Le recrutement dans le secteur de l’IT maintient une courbe croissante : le besoin est là, nous devons simplement le satisfaire.

Je peux vous dire qu’aujourd’hui nous n’arrivons pas à répondre à plusieurs offres d’entreprises surtout étrangères qui veulent s’installer au Maroc et qui nous consultent en amont.

Aujourd’hui, toute entreprise a besoin d’un service informatique abouti, quel que soit le secteur dans lequel elle évolue. Nous recevons des offres d’emploi pour nos étudiants provenant des banques, assurances, multinationales, sociétés de services informatiques…

C’est un domaine qui recrute énormément car le besoin d’avoir des ingénieurs compétents, polyvalents et capables de répondre très rapidement à leurs problématiques est toujours là.

Pour les profils informaticiens, le marché de l’emploi demeurera toujours ouvert. Il faudra cependant que les lauréats puissent répondre concrètement aux besoins des entreprises en maîtrisant les dernières technologies du moment.

Que veulent les entreprises précisément ?

Les entreprises cherchent en premier lieu des profils polyvalents capables de répondre à tout type de problématique et de régler diverses situations. Les profils convoités sont également ceux qui sont capables d’aller dans le sens de la technologie, d’évoluer au même rythme pour ne pas tomber dans l’obsolescence.

Les personnes qui choisissent de poursuivre la voie d’ingénierie informatique sont sûres de trouver des débouchés quel que soit le domaine de l’informatique choisi.

A Supinfo, nous formons des étudiants polyvalents aux dernières technologies. Le programme est adapté chaque année en fonction des nouvelles demandes des entreprises collectées à partir d’études que nous menons au Maroc et à l’international. Ceci nous permet de garantir à nos diplômes une embauche dès la sortie de leur école. D’ailleurs, le taux d’insertion de nos lauréats avoisine les 100% qui trouvent rapidement des emplois au Maroc, en France ou encore en Chine grâce à la présence de nos campus dans 36 pays à travers le monde. Nos étudiants diplômés ne trouvent, en effet, aucune difficulté à se faire embaucher dans les plus grandes entreprises du secteur telles que Capgemini, Nelite, Devoteam… Cette rapide insertion professionnelle est notamment due à notre ambition de proposer un programme adapté aux besoins du marché.

D’ailleurs nous venons de célébrer la cérémonie de remise de diplômes pour notre promotion 2015 et les chiffres parlent d’eux-mêmes. Sur les 49 diplômés, 22 sont sur le marché de travail marocain, 14 sont en poste à l’étranger (France, Pays-Bas, Etats-Unis et Chine), 5 ont créé leurs entreprises et 8 poursuivent leurs études dans des universités prestigieuses).

Quels types de profils formez-vous ?

Comme expliqué précédemment, la formation à Supinfo est axée sur le monde professionnel. Nous proposons une formation généraliste qui touche tous les domaines de l’informatique: développement, réseaux, administration et base de données. Cela permet à nos étudiants de maîtriser tous les aspects de l’informatique afin de mieux répondre aux besoins du marché. Nous avons opté pour un cursus permettant à nos étudiants d’accumuler 2 ans d’expérience professionnelle durant leurs études. Nous leur proposons dès leur première année d’effectuer des stages partiels et à temps plein afin qu’ils puissent connaître le plus tôt possible le monde professionnel.

Je rappelle également que les cours et les examens sont normalisés sur les 36 campus Supinfo à travers le monde. Nos étudiants au Maroc suivent les mêmes cours et passent les mêmes examens que leurs camarades en France, en Chine, en Belgique, au Canada…

Comment évaluez vous le rapport quantitatif entre le nombre de lauréats et la demande du marché?

Il y a certes un sureffectif de manière générale de techniciens et techniciens spécialisés , mais je pense qu’il y a un sous-effectif de lauréats ingénieurs informaticiens répondant concrètement aux demandes du marché. Nous nous attelons à faire de nos étudiants des lauréats experts et confirmés dans leur domaine. Nous leur apprenons également l’importance de l’autoformation en les incitant à passer des certifications professionnelles attestant de leur maîtrise d’une ou de plusieurs technologies. Il est essentiel de comprendre le secteur et son évolution avant de proposer une quelconque formation. Nous ne pouvons pas aujourd’hui mettre sur le marché des diplômés qui ne répondent pas aux exigences du secteur. C’est pour cette raison que l’école investit chaque année pour améliorer le contenu pédagogique, fait appel aux meilleurs professeurs et consultants de la place et noue des partenariats pédagogiques et professionnels.

n Certains s’orientent-ils vers l’entreprenariat ?

Justement, nous encourageons nos étudiants à aller dans ce sens. Outre les mesures d’accompagnement d’ordre pédagogique, nous avons signé une convention avec le cabinet CDEC qui offre à nos étudiants gratuitement pour la première année la création, la domiciliation ainsi que la tenue de comptabilité. Nous sommes fiers aujourd’hui de voir que 15% de nos lauréats ont créé leur propre entreprise, certains avant même l’obtention de leur diplôme.

Tous les étudiants de Supinfo à travers le monde ont accès à une plateforme où ils trouvent des tutoriels vidéo, une bibliothèque en ligne, l’accès gratuit à des logiciels pour leur permettre de faciliter leur apprentissage et de gagner en autonomie.

Brahim Habriche / lavieeco.com

Aller en haut