vendredi 15 novembre 2019
Accueil / Auto & Transports / Le Maroc conserve la meilleure note en Afrique

Le Maroc conserve la meilleure note en Afrique

Le Maroc conserve la meilleure note en Afrique

Le Maroc continue d’afficher la meilleure note en Afrique du Nord et à l’échelle africaine, selon la nouvelle carte des risques-pays publiée par Coface. Mais attention au secteur de l’automobile sur lequel le pays parie énormément. Ce secteur demeure au centre des vulnérabilités actuelles de l’économie mondiale, avec un risque élevé.

L’économie marocaine confirme sa résilience. Avec un A4, traduisant un risque convenable, la notation du Maroc est restée stable dans la nouvelle carte des risques-pays publiée par Coface. Le Royaume continue ainsi d’afficher la meilleure note en Afrique du Nord et à l’échelle africaine aux côtés du Kenya, du Botswana, du Rwanda et de l’Ile Maurice. Dans la région MENA (Moyen-Orient & Afrique du Nord), le Maroc fait également figure d’exception, aux côtés des Émirats arabes unis, du Koweït (A3 : risque satisfaisant) et du Qatar (A4). Les évaluations de Coface (160 pays) se situent globalement sur une échelle de 8 niveaux de risque allant de A1 (risque très faible) à E (risque extrême). Dans le décryptage de l’économie mondiale au 3e trimestre 2019, la révision de la note a concerné un seul pays dans la région Afrique et Moyen-Orient. Il s’agit de la Mauritanie : reclassement de D (risque très élevé) à C (risque élevé). Cette révision s’explique par l’amélioration des performances économiques et de la stabilité politique. À titre indicatif, la croissance en Mauritanie devrait connaître, en 2019, son niveau le plus élevé depuis 2014 (5,2%), grâce notamment à l’amélioration des termes de l’échange et des performances solides dans les secteurs non-extractifs : agriculture, construction, services. À l’échelle mondiale, les économistes de Coface estiment que la multiplication des zones d’incertitude politique à travers le monde, conjuguée à la baisse du volume des échanges mondiaux, à la forte volatilité des prix du pétrole ou encore à la baisse des ventes automobiles en Europe et en Chine, continue à affecter le moral des entreprises et laisse présager une année 2020 économiquement en retrait.

Les indicateurs de confiance dans de nombreux pays sont dans le rouge, en particulier dans les secteurs manufacturiers. Pour Coface, le secteur automobile reste au centre des vulnérabilités actuelles de l’économie mondiale. «Les changements structurels en cours dans le secteur automobile, longuement évoqués, sont toujours d’actualité», notamment les «normes antipollution passées et à venir en 2020, en particulier en Europe», expliquent les experts de Coface. Rappelons qu’en juillet dernier, l’assureur-crédit avait indiqué que «les chaînes de production très internationales des entreprises du secteur automobile accélèrent la propagation des chocs à ses différents maillons». Selon la nouvelle publication de Coface, le risque du secteur automobile reste élevé dans toutes les régions du monde, ainsi que dans des filières qui en dépendent (chimie en Allemagne par exemple). Rappelons qu’au Maroc, le secteur automobile affiche des performances mitigées. À fin août 2019, les exportations de la filière construction ont baissé de 3%, en glissement annuel, à 21,7 milliards de DH. En revanche, le câblage a enregistré des ventes en augmentation de 5,2% à 20,7 milliards. La filière Intérieur véhicules et sièges a également vu ses exportations améliorer de 3,8% à presque 3 milliards de DH. La contribution de la construction automobile dans l’écosystème a ainsi baissé de 2,3 points à 44,4% au moment où le câblage a gagné 1,2 point à 42,3%.  Par ailleurs, Coface souligne que l’agroalimentaire – un secteur clé dans les accords de libre-échange- est désormais fortement touché par un environnement économique mondial marqué par des tensions protectionnistes. L’une des conséquences de ces tensions sur le secteur agroalimentaire mondial est la transformation des «routes d’exportation» pour certaines matières premières, dont le soja.

lematin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut