Accueil / Développement / Le milliardaire nigérian Dangote va investir 88 milliards de F CFA…

Le milliardaire nigérian Dangote va investir 88 milliards de F CFA…

Le milliardaire nigérian Dangote va investir 88 milliards de F CFA…

Le milliardaire nigérian Dangote va investir 88 milliards de F CFA dans une deuxième cimenterie au Cameroun.

L’usine qui sera construite dans la banlieue de Yaoundé produira un million et demi de tonnes de ciment par an.

Après la première cimenterie Dangote construite à Douala, dans la région du Littoral, l’homme d’affaires le plus riche d’Afrique envisage la construction d’une seconde usine à Yaoundé, capitale du Cameroun. Le sujet a meublé les échanges que ce dernier a eu, le jeudi 2 juillet dernier, avec le Premier ministre Philémon Yang, lors d’une audience à l’immeuble étoile à Yaoundé.

Ce projet évalué à 88,7 milliards de F CFA, soit 150 millions de dollars, « vise à anticiper une nouvelle augmentation de la demande en ciment au Cameroun et en Afrique Centrale », a déclaré l’homme d’affaires. Les travaux débuteront avant la fin de l’année en cours et dureront vingt mois. Le magazine Jeune Afrique rapporte que Aliko Dangote a également affirmé son intention de diversifier ses activités dans le pays en explorant des opportunités dans les hydrocarbures et l’agriculture.

Toujours selon Jeune Afrique, Dangote compte acquérir plus de 220 camions qui serviront à distribuer du ciment Dangote aux quatre coins du pays. La cimenterie de Douala entend produire 950 000 tonnes d’ici à la fin de l’année et conquérir 30% de part du marché local du ciment.

Investissement d’un montant de 50 milliards de francs Cfa, la cimenterie Dangote de Douala, selon ses responsables, emploie permanemment 77 Camerounais, 11 expatriés et environ 250 ouvriers temporaires chaque mois. Elle contribue surtout à porter la production nationale de ciment de 2,1 millions de tonnes (1,6 million de tonnes pour Cimencam et 500 000 tonnes pour Cimaf du groupe Addoha) à 3,7 millions de tonnes, permettant ainsi de couvrir la demande nationale et d’exporter vers les pays de la sous-région.

Onana N. Aaron
cameroon-info.net

Aller en haut