Accueil / Finances / Le naira reprend 0,7% sur le dollar au 2eme jour de réintroduction de la flexibilité sur les taux de change

Le naira reprend 0,7% sur le dollar au 2eme jour de réintroduction de la flexibilité sur les taux de change

Le naira reprend 0,7% sur le dollar au 2eme jour de réintroduction de la flexibilité sur les taux de change

Après avoir chuté la veille de près de 30%, le naira a regagné 0,7% sur le dollar américain, au deuxième jour de la réintroduction, par la banque centrale, de la flexibilité sur les taux de change. Cette évolution est survenue, après que la banque centrale ait décidé lundi 20 juin 2016, de libérer un peu plus de 4 milliards $, pour satisfaire, les demandes pendantes et futures de la devise américaine, selon des données fournies par la plateforme de trading monétaire, FMDQ OTC Securities Exchange, qui est basée à Lagos.

Naira1

Le marché des obligations et des actions a répondu positivement, avec une hausse des valeurs boursières, et un repli des intérêts dus. Pour l’instant donc, la grande crainte du président Muhamadu Buhari de voir dégringoler la monnaie nigériane n’est pas encore justifiée. Même si les réserves de change du pays ont atteint leur plus bas niveau de ces dix dernières années, elles culminaient encore à 26,5 milliards $ au 17 juin 2016, somme dont il faut soustraire les arriérés de besoins en dollars US de l’ordre de 4 milliards.

Les signaux donnés par la banque centrale sont ainsi accueillis positivement par le marché, et cette dernière devrait demeurer un acteur majeur dans la mise à disponibilité des devises extérieures, notamment le dollar US. Mais cela ne semble valable que sur le court terme car les spéculateurs et les analystes parient déjà pour un naira dévalué de 10%, à 350 contre 1 $, d’ici septembre 2016.

Pour l’instant, les attentions des gestionnaires d’actifs monétaires, sont focalisées sur le référendum relatif à la sortie ou non de la Grande Bretagne de l’Union Européenne. Aussi, la première économie d’Afrique peut légèrement souffler, après que les prix du pétrole aient grimpé pour se stabiliser à 49$ ce qui relativise la chute de ses réserves de change.

Godwin Emefiele, le gouverneur de la banque centrale, a rappelé que son institution interviendrait en cas de survenance de tout déséquilibre. Rappelons que le contrôle sur les transactions de change via le maintient d’une parité fixe, avait été décidé au Nigéria, afin de limiter la fuite des devises, suite à la baisse des prix du baril de pétrole, alors que les habitudes de consommations en biens importés, eux, n’avait pas changé. Mais cette décision a eu pour effet d’accroître les coûts financiers, et les taux des emprunts internationaux effectués par les entreprises, notamment à capitaux étrangers.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut