Accueil / Développement / Le Nigeria dépense plus de 2 milliards de dollars pour les importations de riz

Le Nigeria dépense plus de 2 milliards de dollars pour les importations de riz

Le Nigeria dépense plus de 2 milliards de dollars pour les importations de riz

Le Nigeria a dépensé 2,41 milliards de dollars pour l’importation de riz entre janvier 2012 et mai 2015, a indiqué mardi le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN), M. Godwin Emefiele mardi.

Emefiele, qui a fait cette révélation à l’occasion de la réunion des parties prenantes avec des représentants des Etats qui produisent le riz Paddy et les investisseurs de la chaîne de valeur à Abuja, a déclaré que la décision de la banque d’interdire les devises pour l’importation de riz, du poisson et autres produits ne serait pas révoquée.

Les chiffres disponibles à la CBN montrent que, de la période de janvier 2012 à mai 2015, le pays avait dépensé plus de 2.41 milliards de dollars pour l’importation de cette denrée.

« Malheureusement, cette tendance a entraîné un énorme stock de riz invendu par nos agriculteurs et une faible capacité d’exploitation de nombreux moulins à riz intégrés au Nigeria », a-t-il dit.

Emefiele a affirmé que la CBN, en collaboration avec le ministère de l’agriculture et du développement rural, va mettre en place un modèle de financement global pour soutenir les meuniers de riz et d’autres investisseurs dans le secteur.

Il a précisé que la décision de la banque d’intervenir dans le secteur grâce à un financement et d’autres actions se justifie par le fait que le pays n’atteindra pas son véritable potentiel s’il importe tout ce qu’il pouvait produire localement.

« La banque mettra des fonds plus accessibles aux agriculteurs à travers certains de ses programmes de financement tels que le Programme de crédit commercial agricole et le fonds de développement des Micro petites et moyennes entreprises d’un montant de 220 milliards de naira, soit environ 1,12 milliard de dollars.

Les fonds seront mis à la disposition des riziculteurs par les banques de micro finance à un taux d’intérêt de 9 % et toute banque qui fixe des intérêts au-dessus de ce taux doit être signalée à la CBN.

« Nous lançons un appel aux gouvernements des Etats de fournir des terres aux agriculteurs sur une grande échelle et nous allons travailler avec eux pour supprimer certains de ces obstacles », a-t-il ajouté.

APA/starafrica.com

Aller en haut