Accueil / Tic & Telecoms / Le pari gagnant de Warren Buffett sur Apple

Le pari gagnant de Warren Buffett sur Apple

Le pari gagnant de Warren Buffett sur Apple

Le résultat net de Berkshire Hathaway, le conglomérat dirigé par le milliardaire Warren Buffett, a quasiment triplé au deuxième trimestre.

Les résultats du deuxième trimestre de Berkshire Hathaway ont très positivement surpris les marchés financiers. Le conglomérat dirigé par le milliardaire Warren Buffett a vu son bénéfice opérationnel grimper de 67 % au deuxième trimestre (à près de 7 milliards de dollars). Son résultat net, lui, a quasiment triplé à 12 milliards de dollars. A l’origine de ces belles performances : un effet comptable et fiscal, une économie américaine florissante, mais aussi un pari gagnant sur Apple.

Côté comptable et fiscal, une nouvelle règle oblige le groupe à intégrer ses plus-values latentes au résultat net. Par ailleurs, la réforme adoptée en décembre par le Congrès américain a ramené le taux d’imposition de 28,9 à 20 %.

L’économie américaine, quant à elle, a enregistré au deuxième trimestre une croissance annualisée de 4,1 %. Une aubaine pour le conglomérat d’Omaha dans le Nebraska qui a des participations dans plus de 90 sociétés dans les secteurs de l’assurance, la chimie, l’énergie, l’agroalimentaire et le commerce de détail, l’industrie ou le transport ferroviaire.

Troisième actionnaire d’Apple avec 5 % du capital

Berkshire Hathaway a particulièrement profité de l’envolée de l’action Apple au deuxième trimestre. Le fabricant de l’iPhone est devenu jeudi 2 août la première société cotée américaine à atteindre les 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Or il constitue la première ligne du portefeuille d’investissement du conglomérat financier : 47,2 milliards de dollars. Et Warren Buffett qui ne tarit pas d’éloges sur le groupe dirigé par Tim Cook, continue visiblement à renforcer sa position. L’évolution du cours de Bourse d’Apple suggère ainsi que Berkshire Hathaway aurait acheté environ 15 millions de titres au deuxième trimestre, en plus des 239,6 millions qu’il détenait déjà. Il en est désormais le troisième actionnaire (5,1 % du capital, selon Bloomberg) derrière Vanguard et BlackRock.

Sophie Rolland
lesechos

Aller en haut