Accueil / Finances / Le pays doit régler ses dettes pour sauver l’économie

Le pays doit régler ses dettes pour sauver l’économie

Le pays doit régler ses dettes pour sauver l’économie

La Banque centrale du Nigeria est pressée de régler ses dettes intérieures afin de stimuler les activités économiques en biais de la récession. Le Bureau nigérian de la statistique évalue que l’économie s’est contractée au troisième trimestre, soulevant de nouvelles inquiétudes à l’effet que le géant Ouest africain pourrait demeurer en récession plus longtemps que prévu. Reportage:

C’était la 6e et dernière rencontre du Comité de la politique monétaire au Nigeria cette année. Confronté à de dures décisions, le Comité opte pour maintenir son taux directeur à 14% face à une économie décroissante qui a grand besoin d’une relance pour se rétablir. Mais le Comité estime qu’il n’a pas le choix.

Les entrées de devises étrangères ont continué de chuter au Nigeria en raison des faibles prix du pétrole brut et de la diminution drastique de sa production causée par la présence de militants dans le delta du Niger, une région riche en pétrole.

Le gouverneur Emefiele le concède : les défis auquel le Nigeria a à faire face vont au-delà de ce qu’un ajustement de la politique monétaire pourrait régler.

GODWIN EMEFIELE
Gouverneur de la Banque centrale du Nigeria

“La hausse des prix de l’énergie et l’accumulation des arriérés de salaire, en particulier dans les échelons sous-nationaux, se sont poursuivis durant le troisième trimestre de l’année. Les membres ont aussi remarqué que ces conditions n’auraient pas pu s’améliorer grâce à des instruments de politique monétaire. Il faut toutefois reconnaître la nécessité d’établir des conditions monétaires de manière à permettre aux politiques fiscales d’accroître les investissements gouvernementaux dans les infrastructures publiques.”

Le gouvernement nigérian peine à sortir son économie de la récession. Et la chute semble se poursuivre alors qu’un autre recul était annoncé lundi.

Selon le Bureau régional des statistiques, l’économie montre une nouvelle contraction de 2,2 % au troisième trimestre de cette année.

JAYE GASKIA
Économiste du développement

”Nous nous dirigeons vers une dépression. D’ici la fin de l’année, nous serons en dépression au quatrième trimestre. Tous les indices démontrant une contraction de l’économie, le recul de la croissance du produit intérieur brut qui se poursuit et cette tendance qui continue, composent ces indications.”

C’est un autre sombre tableau pour le Nigeria alors que son principal moteur économique l’industrie pétrolière, a chuté de 22%. L’augmentation de 0,33% des secteurs bancaires, industriels et agricoles sont loin de pouvoir éponger le déficit laissé par l’industrie pétrolière. Ce qui ne laisse pas d’autre choix au gouvernement que de convaincre son Parlement de permettre un nouvel emprunt massif pour pouvoir financer son budget de l’année prochaine.”

Source:CCTV.com

Aller en haut