Accueil / Mines & Energies / Le pétrole à la hausse en Asie, les investisseurs rassurés sur Clinton

Le pétrole à la hausse en Asie, les investisseurs rassurés sur Clinton

Le pétrole à la hausse en Asie, les investisseurs rassurés sur Clinton

Singapour (awp/afp) – Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi matin en Asie, les investisseurs se félicitant de la levée de la menace judiciaire qui planait sur leur favorite pour la présidentielle américaine, Hillary Clinton.

Vers 02h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, gagnait 44 cents à 44,51 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne du brut, pour livraison en janvier, progressait de 37 cents à 45,95 dollars.

La police fédérale américaine a maintenu dimanche sa recommandation de ne pas poursuivre Hillary Clinton dans l’affaire de ses emails, une annonce qui a comblé le camp de la candidate démocrate à moins de 48 heures du scrutin présidentiel.

Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse en Asie “sous l’effet Clinton, comme le FBI l’a blanchi de toute infraction”, a estimé Jeffrey Halley, analyste chez OANDA.

Les gains sont cependant bridés par la persistance des inquiétudes sur la surabondance de l’offre.

Les données publiées la semaine dernière par le Département américain de l’Energie (DoE) ont fait état d’une hausse record de 14,4 millions de barils des réserves de brut aux Etats-Unis pour la semaine achevée le 28 octobre, douchant l’enthousiasme des investisseurs, né de retraits inattendus sur les mêmes stocks ces dernières semaines.

Les doutes restent par ailleurs très forts quant à la capacité de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à arrêter les modalités de mise en oeuvre de l’accord de fin septembre visant à réduire la production.

“La pression sur les cours a été accrue par les chiffres hebdomadaires américains qui ont montré une augmentation bien plus forte qu’attendue”, a déclaré Sanjeev Gupta, analyste chez EY, citant également les informations sur les tensions persistantes entre Ryad et Téhéran concernant la politique pétrolière.

mba/jac/jpa
romandie

Aller en haut