Accueil / Mines & Energies / Le pétrole atténue sa hausse en fin de séance européenne

Le pétrole atténue sa hausse en fin de séance européenne

Le pétrole atténue sa hausse en fin de séance européenne

Londres – Les cours du pétrole s’inscrivaient en hausse modérée lundi en fin d’échanges européens, les espoirs sur une éventuelle limitation de la production étant nuancés par les données montrant une production effective toujours plus élevée.

Vers 16H10 GMT (18H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, valait 50,58 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 39 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance gagnait 34 cents à 48,59 dollars.

En séance, le Brent a atteint 50,90 dollars par baril, à son plus haut niveau depuis cinq semaines, alors que le WTI a plafonné à 48,87 dollars, au plus haut depuis cinq mois.

Les membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) ont annoncé la semaine dernière avoir trouvé un accord pour limiter leur production, alors que la croissance de la demande s’est atténuée.

Si les cours de l’or noir ont décollé depuis cette annonce mercredi soir, les analystes notaient toutefois que la hausse restait relativement modérée.

L’accord trouvé par l’Opep est principalement symbolique, plutôt que quelque chose qui aura un effet sur la balance de l’offre et de la demande, tranchait ainsi Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, rappelant également que le nombre de puits en activité aux Etats-Unis avait encore augmenté.

Cette hausse sert d’ailleurs de rappel du fait qu’il ne faut nécessairement s’attendre à une baisse de la production aux Etats-Unis, surtout si l’annonce de l’Opep a consolidé le plancher des prix (ce qui permet aux puits américains de dégager un bénéfice, NDLR), commentait l’analyste.

Même si l’accord devait se confirmer, il n’est pas garanti qu’il suffisse à rassurer les marchés, notait Dorian Lucas, de Inenco.

Les baisses de production ne suffiront probablement pas à résoudre le problème de surabondance de l’offre. Selon des estimations, le surplus d’offre est de 1,5 million de barils par jour, ce à quoi s’ajoutent des réserves qui sont proches de leur niveau record, notait-il.

D’autant plus que cet accord se limite aux membres de l’Opep, les autres grands pays producteurs que sont la Russie et les Etats-Unis n’étant pas concernés directement.

romandie.com

Aller en haut