Accueil / Mines & Energies / Le pétrole baisse avec la hausse des stocks américains (API)

Le pétrole baisse avec la hausse des stocks américains (API)

Le pétrole baisse avec la hausse des stocks américains (API)

Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d’échanges européens, les données hebdomadaires de la fédération privée de l’API faisant état d’une hausse des stocks avant les chiffres officiels de l’Agence américaine de l’Energie (EIA).

Vers 11H25 GMT (12H25 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 61,39 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 82 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de décembre cédait 71 cents à 54,99 dollars.

Les cours de l’or noir avaient déjà reculé de 1,5% pour le Brent et de 1,9% pour le WTI mardi, plus forte baisse quotidienne depuis près d’un mois, après un rapport de l’EIA sur la production des Etats-Unis.

“Les prix fondent alors que l’EIA estime que la production américaine de brut va augmenter dramatiquement dans les prochaines années, tandis que l’API (American petroleum institute) a fait état d’une hausse inattendue de 6,5 millions de barils des réserves de brut”, a noté Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Selon l’EIA, la production américaine va croître de 80.000 barils par jour (b/j) en décembre pour atteindre 6,17 millions de barils par jour (mbj).

“Un des principaux risques pour les prix du pétrole en 2018 serait que les producteurs américains répondent à la hausse des prix de 2017 en augmentant de façon significative leurs extractions”, ont noté les analystes de Natixis dans leurs prévisions pour 2018-2019.

Dans ce contexte, les données sur les réserves des Etats-Unis arrêtées au 10 novembre sont particulièrement attendues, et les estimations de l’API ont accentué les craintes du marché.

Les chiffres de l’EIA, branche du Département américain de l’Energie (DoE), qui seront publiés en cours de séance européenne, sont jugés plus fiables par les acteurs du secteur.

Selon la prévision médiane d’analystes sondés par Bloomberg actualisée en début de séance européenne, les réserves américaines de brut devraient avoir baissé de 2,4 millions de barils, celles d’essence de 1,5 million de barils et les stocks de produits distillés reculé de 1,8 million de barils.

js/acd/pre
romandie

Aller en haut