Accueil / Mines & Energies / Le pétrole ouvre en baisse à New York, le marché reste terne après l’Opep

Le pétrole ouvre en baisse à New York, le marché reste terne après l’Opep

Le pétrole ouvre en baisse à New York, le marché reste terne après l’Opep

New York (awp/afp) – Les cours du pétrole ont ouvert en baisse mardi à New York, le marché restant terne après la réunion de l’Opep et au retour d’un week-end prolongé aux Etats-Unis.

Vers 13H10 GMT, le prix du baril de “light sweet crude” (WTI), référence américaine du brut, reculait de 46 cents à 49,34 dollars sur le contrat pour livraison en juillet au New York Mercantile Exchange (Nymex).

“Généralement au retour d’un jour férié le marché est un peu plus faible”, a avancé Phil Flynn de Price Futures.

Les marchés new-yorkais étaient fermés lundi pour le “Memorial Day”, une journée fériée qui marque aussi le début officieux de la saison d’été aux Etats-Unis au cours de laquelle les distances parcourues par les automobilistes augmentent, faisant grimper la consommation d’essence.

Plus globalement, le marché du pétrole reste déprimé après la réunion la semaine dernière de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d’autres producteurs, qui ont, sans surprise, prolongé de neuf mois, jusqu’en mars 2018, leur accord de réduction de la production.

“Le marché a été un peu déçu que l’Opep ne fasse pas plus”, a expliqué Phil Flynn.

Cette décision était largement anticipée puisque la Russie et l’Arabie saoudite, plus grands producteurs participant à l’accord, avaient pris parti en ce sens mais les producteurs n’ont pas exaucé les voeux de voir cette réduction encore prolongée dans le temps ou la production de brut encore abaissée.

Les analystes doutent par ailleurs que la mesure suffira à faire franchement reculer les réserves mondiales à leur moyenne des cinq dernières années, comme le cartel l’affirme.

“La négativité du marché n’est pas tant due à l’Opep qu’à la crainte que les producteurs de schiste américains relancent leur production”, a ajouté Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Les compagnies américaines, qui ont des cycles de production courts, peuvent profiter des hausses de prix créées par les efforts de l’Opep pour gagner des parts de marché.

“La question est donc de savoir combien de temps l’Opep sera capable de maintenir son haut niveau de discipline avec la réduction de la production”, ont indiqué les experts de Commerzbank dans une note.

bur-lla/jld/nas
romandie

Aller en haut