Accueil / Mines & Energies / Le pétrole plombé en Asie par le dollar et les craintes sur l’offre

Le pétrole plombé en Asie par le dollar et les craintes sur l’offre

Le pétrole plombé en Asie par le dollar et les craintes sur l’offre

Singapour – Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, lundi en Asie, en raison du renforcement du dollar, et de déclarations peu encourageantes quant à la possibilité d’un accord pour geler l’offre.

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et des producteurs n’appartenant pas au cartel doivent se réunir en septembre à Alger pour discuter des niveaux actuels de production. L’excès d’offre est une des raisons expliquant la chute des cours depuis 2014.

Vendredi, le ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh a affirmé que son pays insistait pour récupérer sa part du marché du brut d’avant les sanctions internationales. Des propos qui laissent penser que Téhéran n’acceptera pas de geler le niveau de production.

Le ministre saoudien de l’Énergie Khaled al-Faleh s’est dit, lui, opposé à toute réduction de la production, balayant de nouveau les espoirs des investisseurs concernant une baisse de l’offre mondiale de brut.

Vers 03h20 GMT, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en septembre perdait 53 cents à 47,11 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne du brut, pour livraison en octobre, reculait de 52 cents à 49,40 dollars.

“Les cours du pétrole ont accusé le coup du fait des propos du ministre saoudien”, a déclaré Sanjeev Gupta, analyste chez EY.

Premier producteur de l’Opep, Ryad avait plaidé il y a quelques mois pour un gel de la production. Mais aucun accord n’avait été trouvé, en raison notamment de l’opposition de Téhéran.

L’Iran est réticent à toute limite au moment où son pétrole, grâce à la levée des sanctions internationales, arrose de nouveau le marché mondial.

M. Gupta a par ailleurs indiqué que les propos vendredi de la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen sur la possibilité d’une hausse des taux cette année avaient “dopé le dollar, ce qui plombe les prix du brut”.

Tout renchérissement du dollar rend le pétrole -libellé en billet vert- plus cher pour les investisseurs munis d’autres devises. Ce qui mécaniquement réduit la demande en or noir.

 

 

mba/dan/jac/gkg / zonebourse.com

Aller en haut