Accueil / Mines & Energies / Le pétrole progresse mais demeure en territoire familier

Le pétrole progresse mais demeure en territoire familier

Le pétrole progresse mais demeure en territoire familier

Le cours du pétrole monte en plein territoire familier durant la matinée en Amérique du Nord ce lundi, tandis que les opérateurs de marché soupèsent les perspectives de réduction du surplus de production contre l’augmentation des plateformes de forage.
Le Brent pour livraison en mars sur le ICE Futures Exchange de Londres gagne 31 cents, ou environ 0,6%, à $56,12 le baril à 10:00AM ET (15:00GMT).
Le benchmark abandonnait 89 cents, ou 1,6% la semaine dernière, marquant sa seconde semaine dans le rouge.

Ailleurs, le brut pour livraison en avril sur le the New York Mercantile Exchange avance de 20 cents ou environ 0,4% à 53,98$ le baril.
Les futures perdaient 46 cents à New York la semaine dernière, soit 0,9%.
Les volumes d’échange devraient être faible en raison de la clôture des marchés aux États-Unis pour le President’s Day ce lundi.

Les futures s’échangent à environ 50 $ depuis décembre tandis que le sentiment sur les marchés pétroliers est mitigé face à la progression de la production de schiste américain d’un côté et l’espoir d’une réduction du surplus de production d’un autre côté.
Des chiffres du fournisseur de services pétrolier Baker Hughes indiquaient vendredi que le nombre de plateforme de forage actives avait augmenté de 6 la semaine dernière, marquant sa 5e progression hebdomadaire successive. Le total est estimé à 597, un plus haut depuis novembre 2015.

L’augmentation du nombre de plateforme de forage aux États-Unis suscite de l’inquiétude face aux efforts déployés pour réduire le surplus de production et la demande.
L’OPEP et certains pays non-membres ont déployés des efforts considérables pour réduire leur production pétrolière au cours du premier accord de ce type depuis une décennie.
Des chiffres publiés récemment ont montré que la production en janvier avait été réduite 890.000 barils par jour depuis le mois dernier à 32,14 millions de barils par jour. Ce repli indique un taux de coopération de 90% à l’accord passé pour la réduction de la production.

Le 1er janvier marque le début officiel de l’application de l’accord passé en novembre dernier par l’OPEP et certains pays non-membres tels que la Russie pour la réduction de la production d’au moins 1,8 millions de barils par jour.
L’OPEP pourrait prolonger leur accord passé avec des pays non-membres, et pourrait même implanter des quotas plus stricts en juillet si les réserves de brut ne diminuent pas assez, selon des sources de l’OPEP.
Ailleurs sur le Nymex, les futures sur l’essence pour livraison en avril abandonnent 0,6 cents ou 0,4% à 1,506 $ le gallon, tandis que le fioul domestique gagnent 1,2 cents ou 0,7% à 1,648 $ le gallon.

Les futures sur le gaz naturel pour livraison en avril abandonnent 7,7 cents ou 2,6% à 2,874 $ de millions de British Thermal Units, tandis que les prévisions de températures plus douces persistent.

investing

Aller en haut