Accueil / Mines & Energies / Le pétrole rebondit à l’ouverture à New York, optimisme sur les stocks

Le pétrole rebondit à l’ouverture à New York, optimisme sur les stocks

Le pétrole rebondit à l’ouverture à New York, optimisme sur les stocks

New York (awp/afp) – Les cours du pétrole ont ouvert en nette hausse mercredi à New York, tentant un rebond à la faveur d’un vent d’optimisme sur une décrue des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis.

Vers 13H20 GMT, le prix du baril de “light sweet crude” (WTI), référence américaine du brut, prenait 72 cents à 46,60 dollars sur le contrat pour livraison en juin au New York Mercantile Exchange (Nymex).

“Nous recevons un peu de soutien des chiffres de l’API de la veille faisant état d’une baisse plus forte que prévu des stocks américains de brut”, a expliqué Gene McGillian de Tradition Energy.

La fédération privée American Petroleum Institute (API), publie chaque semaine ses propres estimations sur les réserves américaines et a fait état mardi d’une nette baisse des stocks de brut, en attendant les chiffres officiels du département américain de l’Energie (DoE) mercredi à 14H30 GMT.

Quant aux analystes, pour la semaine achevée le 5 mai, ils tablent sur une baisse des réserves de brut de 2 millions de barils, une hausse des réserves d’essence de 350.000 barils, et une baisse des réserves de produits distillés de 800.000 barils, selon la médiane d’un consensus compilé par l’agence Bloomberg.

Autre facteur de soutien, “il y a des nouvelles indiquant que les Saoudiens vont baisser leurs exportations le mois prochain”, a rapporté Gene McGillian.

Plus généralement, le pétrole essaie de se stabiliser depuis le début de la semaine après avoir subi une forte chute à partir de la mi-avril qui l’a fait tomber à ses plus bas niveaux depuis près de six mois et la conclusion d’un accord de réduction des extractions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) auquel se sont associés onze autres pays et notamment la Russie.

“Une partie de la pression à la baisse qui découle d’une croissance de la production américaine et de l’incapacité de la réduction de la production de l’Opep et des Russes à faire reculer les stocks mondiaux de manière significative semble en quelque sorte s’évanouir”, a estimé Gene McGillian.

Les investisseurs gardent en ligne de mire le sommet du 25 mai entre l’Opep et ses partenaires qui s’annonce décisif pour une éventuelle prolongation des quotas de production au delà de leur échéance actuelle, fin juin.

Le marché restait mercredi sur ses gardes face à des nouvelles en théorie positives, “chaque hausse des prix qui en découle déclenchant rapidement des intentions de ventes”, ont commenté les analystes de Commerzbank dans une note.

lla/jdy/nas
romandie

Aller en haut