Accueil / Mines & Energies / Le pétrole recule, la production américaine inquiète

Le pétrole recule, la production américaine inquiète

Le pétrole recule, la production américaine inquiète

Les cours du pétrole baissaient mercredi en fin d’échanges européens alors que la hausse hebdomadaire des stocks américains est venue accentuer l’inquiétude d’une production grimpante aux Etats-Unis.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 61,89 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 32 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de décembre cédait 33 cents à 55,37 dollars.

Les cours de l’or noir avaient déjà reculé de 1,5% pour le Brent et de 1,9% pour le WTI mardi, plus forte baisse quotidienne depuis près d’un mois, après un rapport de l’Agence américaine de l’Energie (EIA) sur la production des Etats-Unis.

“Les prix fondent alors que l’EIA estime que la production américaine de brut va augmenter dramatiquement dans les prochaines années”, a noté Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

L’agence gouvernementale américaine a renforcé ces prévisions à moyen terme quand elle a fait état mercredi d’une hausse inattendue des réserves de brut.

Lors de la semaine achevée le 10 novembre, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 1,9 million de barils pour s’établir à 459,0 millions, quand les analystes interrogés par l’agence Bloomberg tablaient sur une baisse de 2,4 millions de barils.

Les réserves d’essence ont de leur côté progressé de 900.000 barils, alors que les analystes s’attendaient là-aussi à un repli, de 1,5 million de barils.

“La hausse des stocks de brut est à peu près en ligne avec les données publiées plus tôt par l’API (American petroleum institute, fédération du secteur pétrolier), même si elle était un peu moins marquée. La réaction des prix a été assez modérée car l’API avait déjà fait baisser les prix en faisant état d’une hausse de 6,5 millions de barils pour le brut”, ont noté les analystes de Natixis.

bur-js/acd/pb
romandie

Aller en haut