Accueil / Mines & Energies / Le pétrole recule sur des prises de bénéfices après la fermeture d’un oléoduc

Le pétrole recule sur des prises de bénéfices après la fermeture d’un oléoduc

Le pétrole recule sur des prises de bénéfices après la fermeture d’un oléoduc

Les cours du pétrole baissaient mardi en fin d’échanges européens après trois séances de hausse dues en grande partie à une fermeture d’oléoduc en mer du Nord, les investisseurs préférant encaisser leurs gains avant les données hebdomadaires sur les réserves américaines.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 63,01 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 99 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de janvier cédait 79 cents à 57,20 dollars.

Le Brent avait atteint vers 12H20 GMT 65,83 dollars, à son plus haut niveau depuis juin 2015, avant d’effacer ses gains.

“Le Brent et le WTI sont tous les deux dans le rouge, mais il s’agit de prises de bénéfices après les niveaux atteints plus tôt en séance avec la fermeture de l’oléoduc de Forties, en mer du Nord”, a commenté David Madden, analyste chez CMC Markets.

L’oléoduc de Forties, qui relie de nombreuses plateformes pétrolières à l’Ecosse et représente un débit quotidien entre 400.000 et 450.000 barils, selon différents analystes, va être arrêté pendant plusieurs semaines, a annoncé lundi son opérateur Ineos.

Or le pétrole de Forties a une importance particulière pour les prix du marché. “Il ne s’agit pas que de 450.000 barils par jour. Ce volume devait représenter plus de la moitié du pétrole utilisé pour fixer le prix du pétrole de Brent pour janvier. C’est ce standard qui est utilisé comme référence en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie”, a rappelé Tamas Varga, analyste chez PVM.

Par ailleurs, l’Agence internationale de l’Energie (AIE) a tenté de calmer les marchés en affirmant que les marchés restaient amplement fournis, selon l’agence Bloomberg.

Les marchés attendaient par ailleurs la publication mercredi des données hebdomadaires du Département américain de l’Energie (DoE) sur les réserves de pétrole des Etats-Unis.

Pour la semaine achevée le 8 décembre, les analystes tablent sur une baisse des réserves de brut de 2,9 millions de barils, sur une hausse de celles d’essence de 2,3 millions de barils et sur une hausse de celles de produits distillés de 1,2 million de barils, selon la médiane d’un consensus compilé par Bloomberg.

Les chiffres du DoE seront précédés mardi après la clôture européenne par les données de la fédération professionnelle de l’American petroleum institute (API), qui sont jugés moins exacts que ceux du DoE par les marchés.

js/acd/pb
romandie

Aller en haut