Accueil / Mines & Energies / Le pétrole remonte grâce à un accès de faiblesse du dollar

Le pétrole remonte grâce à un accès de faiblesse du dollar

Le pétrole remonte grâce à un accès de faiblesse du dollar

Londres (awp/afp) – Les cours du pétrole remontaient mardi en fin d’échanges européens, effaçant une partie de ses pertes des deux dernières séances alors que le dollar reculait, pénalisé par l’incertitude qui règne depuis l’investiture de Donald Trump.

Vers 17H10 GMT (18H10 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars, dont c’est le dernier jour de cotation, valait 55,87 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 64 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour la même échéance gagnait 76 cents à 53,39 dollars.

“Les prix du brut sont remontés grâce à la baisse du dollar américain”, a commenté Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Les cours de l’or noir remontaient mardi, profitant d’un accès de faiblesse du dollar, dû aux propos du conseiller économique de Donald Trump Peter Navarro, qui a accusé l’Allemagne de maintenir délibérément l’euro à un bas niveau pour favoriser ses exportations.

Cette accusation, perçue par les marchés comme le signal que la nouvelle administration américaine ne chercherait pas à redonner de la valeur au dollar, a fait chuter le billet vert.

Comme la monnaie américaine est utilisée pour fixer le prix des barils, sa baisse gonfle le pouvoir d’achat des investisseurs utilisant d’autres devises.

Mais les prix de l’or noir renouaient tout juste avec leurs niveaux de vendredi dernier.

“Les marchés du pétrole font du surplace, car les investisseurs digèrent les preuves qui arrivent au compte-goutte des limitations de la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep)”, ont commenté les analystes de PVM.

L’accord conclu entre le cartel et ses partenaires fin 2016 a permis aux prix de remonter, mais les observateurs se méfient aussi bien d’un éventuel non respect des limites fixées que de la production américaine, dopée par la hausse des prix.

Le département américain de l’Energie (DoE) publiera demain ses données sur les réserves des Etats-Unis le 27 janvier.

Selon un consensus compilé par Bloomberg, les analystes attendent une hausse des stocks de brut de 3 millions de barils, une hausse des stocks d’essence de 1,5 million de barils et une baisse des stocks de produits distillés de 500.000 barils pour la semaine achevée le 27 janvier.

js/acd/nas

romandie

Aller en haut